Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Valence La nouvelle ère

A Valence, il n’y a pas que les ponts qui enjambent la Turia. L’histoire aussi a bondi de l’autre côté du fleuve, pour rapprocher la ville de la mer. Car si la Grande Bleue est à moins de 5 kilomètres du centre, Valence n’a pas l’allure d’une ville de bord de mer. La Coupe de l’America en 2007 devrait l’aider à mieux l’apprivoiser. Las Arenas, le quartier du port, boucle une série de chantiers pharaoniques, pour devenir le nouvel endroit

A Valence, il n’y a pas que les ponts qui enjambent la Turia. L’histoire aussi a bondi de l’autre côté du fleuve, pour rapprocher la ville de la mer. Car si la Grande Bleue est à moins de 5 kilomètres du centre, Valence n’a pas l’allure d’une ville de bord de mer. La Coupe de l’America en 2007 devrait l’aider à mieux l’apprivoiser. Las Arenas, le quartier du port, boucle une série de chantiers pharaoniques, pour devenir le nouvel endroit à la mode. En attendant, c’est depuis la terrasse lounge maculée de blanc du Foredeck Club, siège de la compétition nautique, qu’on profite du coucher du soleil en admirant les voiliers. Pour Valence, l’heure du réveil a sonné. Santiago Calatrava et Félix Candela, deux architectes espagnols, ont depuis quelques années tiré la belle endormie vers une nouvelle ère. Celle de la modernité, du futur et de l’extravagance, en dessinant les bâtiments de la cité des Sciences et des Arts. De face, la salle de projection de l’Hémisphère fait penser à un énorme bourdon blanc tandis que, de côté, on découvre un énorme oeil humain. En face, l’édifice du musée des Arts et des Sciences déploie les proportions gigantesques de son ossature, tel le dos d’un animal préhistorique aux écailles de cristal. Le palais des Arts de la reine Sofia dessine une soucoupe de granit blanc, ouverte sur le dessus. Sous ses hautes arches métalliques, l’Umbracle déroule un fabuleux jardin méditerranéen. Au fond, on devine les bâtiments de l’Océanographique, en forme de conques. Une audace qui relève du génie !

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique