Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ushuaïa sélectionne ses agences ambassadrices

Le voyagiste publie sa deuxième brochure, et parie sur un choix resserré d’agences pour vendre sa production pétrie de tourisme responsable.

«Je préfère travailler avec 90 agences motivées qu’avec un réseau qui apprécie un fournisseur à son chiffre d’affaires, et non à ses valeurs », affirme Olivier Thery. Le directeur d’Ushuaïa Voyages/Chemins de Sable, déréférencé par Afat Voyages l’été dernier, a récemment signé un accord avec Prêt-à-Partir. « Le réseau est particulièrement motivé, son président, François Piot, est très engagé. Nous avons formé ses 90 agences, qui nous interrogent déjà », poursuit Olivier Thery, enthousiaste. Ushuaïa souhaite aussi mettre en place, en 2011, un miniréseau d’agences ambassadrices. « Nous continuons, fort de nos convictions, dans le développement durable, poursuit le directeur. Ce n’est pas évident, nous sommes précurseurs. Nous faisons de la formation en agences, plus que du commercial. Les distributeurs ne savent pas ce qu’est le développement durable. Ils croient que leurs clients vont dormir sur une paillasse ». Le jeune tour-opérateur a enregistré 800 clients au cours de sa première année, auxquels s’ajoutent près de 2 000 voyageurs pour Chemins de Sable.

EN QUÊTE D’INVESTISSEUR

Si Ushuaïa bénéficie d’une formidable notoriété spontanée, sa légitimité dans le voyage n’est pas acquise. Afin de renverser la vapeur, Olivier Thery souhaite ouvrir le capital de l’entreprise : « Nous cherchons un investisseur, qu’il soit minoritaire ou majoritaire. Un actionnaire distributeur serait de bon augure. » Sa brochure 2011 (70 000 exemplaires) s’ouvre à de nouvelles destinations, tels le Ghana, la Guyane et la Dominique. Comme l’an dernier, une contribution de 10 E à 25 E est prélevée sur chaque forfait, afin de financer des projets locaux dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’artisanat et de la protection de l’environnement. Par ailleurs, la compensation carbone devient obligatoire (2 E de la part du client et 3 E du voyagiste). Elle est versée au Groupe énergies renouvelables, environnement et solidarités, et à son programme CO2 Solidaire. L’an dernier, moins de dix dossiers ont été compensés de manière volontaire…