Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Transeurope recule pour mieux sauter

Pénalisé par les attentats de Londres, l’exercice en cours s’affichera en recul. Mais Transeurope dispose d’un relais de croissance avec sa production de séjours en voiture, baptisée Charming.

Les attentats du mois de juillet à Londres pèsent sur l’activité de Transeurope. Le spécialiste des courts séjours en Europe chiffre à 6 000 clients le manque à gagner sur la destination, la première de son portefeuille. Au cours de l’exercice 2004-2005 clos le 31 mars, Londres a représenté 22 % de notre chiffre d’affaires, rappelle Philippe Bertholet, directeur commercial. Actuellement, nos ventes vers Londres sont divisées par deux, soit 280 nuitées par semaine contre 500 à 600 habituellement.

Du coup, le TO a revu à la baisse ses prévisions pour l’exercice en cours, espérant au mieux stabiliser son chiffre d’affaires à 9 ME, au pire reculer de 5 %. Cette contre-performance serait une première, puisque la filiale française du groupe belge Transeurope a toujours connu des croissances exponentielles depuis son installation dans l’Hexagone, il y a six ans.

Mais le tour-opérateur a des atouts pour rebondir. Du côté des courts séjours, dans le catalogue Citadines et dans les brochures Paris et Londres, le TO continue de cultiver souplesse et réactivité qui, associées à des stocks importants (près de 1 300 hôtels sous contrat en direct) lui donnent un avantage concurrentiel. Pour se démarquer de l’offre des agences en ligne, Transeurope joue par ailleurs la carte des avantages tarifaires, les City plus : 3e nuit gratuite, réductions enfants, seniors… Sans oublier de l’originalité et des exclusivités. Nous veillons à proposer une sélection hôtelière qui nous soit propre.

Un site professionnel performant

Le TO se bat aussi sur le terrain de la productivité. Son site Internet professionnel réalise actuellement 35 à 40 % des ventes. L’objectif de 50 % est en ligne de mire avec, pour encourager les agences, un incentive prolongé jusqu’au 31 décembre. Parmi les autres initiatives, à noter l’accès de la base tarifaire aux hôteliers, afin qu’ils puissent intervenir en temps réel sur leurs tarifs, allotements en fonction de la demande… Du coup, n’apparaissent plus dans nos brochures que les prix maximum, remarque Philippe Bertholet.

Mais plus que les courts séjours, c’est la production Charming (dont les catalogues France, Italie et Espagne sortiront dès la fin de l’année) qui offre un relais de croissance. Les ventes de ces séjours avec voiture (avec une sélection hôtelière ciblée sur les petites unités de charme) devraient progresser de 30 % l’an prochain. En 2006-2007, Charming représentera 40 % de notre chiffre d’affaires, contre 28 % actuellement, se félicite Philippe Bertholet.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique