Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Production : The One veut séduire les agences avec des voyages insolites

Initialement positionné sur les voyages pour célibataires, le tour-opérateur ouvre désormais sa production. Et espère séduire la distribution. Entretien avec Sandrine d’Ambrosio, fondatrice et directrice de The One.

L’Echo touristique : Pouvez-vous nous présenter le concept de The One ?

Sandrine d’Ambrosio : J’ai créé The One en 2017, après avoir travaillé pendant plus de quinze ans pour des agences spécialisées dans le voyage sur-mesure à destination des groupes ou des individuels. Au cours de mes expériences, de nombreux clients célibataires m’exprimaient leur envie de partir en vacances, mais la crainte de se retrouver en décalage avec le reste du groupe, souvent composé de familles ou de couples. J’ai pensé qu’il y avait un manque d’offre sur le marché pour cette clientèle de célibataires, soit 33% des Français. De nombreux tour-opérateurs font des choses pour les voyageurs en solo, comme des tarifs préférentiels, mais ça n’est pas la même chose que de concevoir un voyage pensé pour les célibataires. Voilà le concept originel de The One.

Vos produits ont trouvé leur public ?

Sandrine d’Ambrosio : Dès notre lancement, nous avons eu la chance de signer un partenariat avec Meetic. Ça a été un bon coup d’accélérateur et, dès l’année suivante, en 2018, Disons Demain, une filiale de Meetic dédiée aux plus de 50 ans, nous a également référencé. D’ailleurs, les plus de 50 ans sont finalement plus demandeurs de voyages pour célibataires que les 30-50 ans. Par ailleurs, le fait que les Français fragmentent de plus en plus leurs vacances, pour partir plusieurs fois dans l’année et s’offrir des respirations, nous a donné envie d’aller plus loin dans le concept, et de créer des voyages à événements. Par exemple, nous avons créé le Rallye des Tortues : une semaine de course automobile avec une vraie ambiance de rallye, autour du Lac Léman. Nous proposons également les Miami Games, un séjour dédié au crossfit dans l’une des salles les plus prestigieuses du monde. Trois de nos séjours sportifs sont d’ailleurs référencés sur la plateforme de Decathlon dédiée aux voyages.

Ce sont des voyages qui sont toujours réservés aux seuls clients célibataires ?

Sandrine d’Ambrosio : Initialement, nos voyages sont réservés aux célibataires. Mais certains de nos clients, qui sont désormais en couple, nous ont fait part de leur envie de repartir avec nous. C’est pour cela que nous ouvrons désormais notre production sur mesure aux individuels, et que nous avons créé un site dédié. Nous gardons les mêmes thématiques et les mêmes contenus, sans tenir compte, cette fois-ci, du côté événementiel. Pour The One, c’est aussi un moyen de pénétrer la distribution B2B, avec qui nous aimerions travailler davantage.

The One a des atouts pour séduire les agences de voyages ?

Sandrine d’Ambrosio : Nos meilleurs atouts, ce sont nos produits. Nous pensons qu’ils permettent aux agences d’avoir des choses différentes, parfois insolites, à proposer à leurs clients. Par exemple, nous proposons un séjour dans un manoir réputé hanté, en Ecosse, avec l’intervention d’un médium français qui dévoilera ses techniques aux voyageurs. Nous proposons également des séjours balnéaires au Mexique, des vacances golf au Maroc, un stage de surf à Hawaï… Si un client veut visiter Londres et ses incontournables, pourquoi ne pas le faire au cours d’une murder party géante ? Nos produits peuvent séduire les clientèles à la recherche de nouveautés, et peut-être même attirer une nouvelle clientèle en agence.

Comment définissez-vous la rémunération des agences ?

Sandrine d’Ambrosio : Nous appliquons le taux de commission traditionnel de 10%, et nous évaluons ensuite les modalités au cas-par-cas, en fonction de différents critères (volume…). Nous sommes déjà référencés par une trentaine d’agences, souvent des agences indépendantes, pour qui il est plus facile de s’ouvrir à un acteur comme nous. Nous aimerions être plus connus par la distribution, et c’est à nous, désormais, de promouvoir notre production auprès des agences de voyages. Depuis qu’elles sont rouvertes, notre commercial va à leur rencontre.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique