Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Taba, une belle alternative à Sharm el-Sheikh

Maurice Szlachter travaille chez Boiloris Voyages (Paris xive). Il a découvert Taba, en Egypte, dans le cadre d’un éductour géant organisé par Mille et Un Soleils.

C’est avec plaisir que j’ai accepté l’invitation de Mille et Un Soleils pour découvrir la région de Taba, en Egypte, que je ne connaissais pas. J’avais déjà eu l’occasion d’apprécier la mer Rouge, en particulier à Sharm el-Sheikh et à Eilat, en Israël. Mais j’ai trouvé ici une tout autre atmosphère, plus préservée, plus authentique.

Cet éductour s’est déroulé en mars. Nous avons quitté Paris sous un ciel maussade pour atterrir quatre heures plus tard au coeur du désert, sous un soleil chaud. Le voyage fut très court – un aller-retour à l’occasion du vol inaugural Paris-Taba spécialement affrété par Mille et Un Soleils – mais terriblement dépaysant : on ne rappelle jamais assez la magie de l’avion, qui permet de changer de monde en quelques heures ! Le Sofitel où nous logions est situé à Taba Heights, une ministation balnéaire de quatre hôtels, une impression de bout du monde. Mer, désert et soleil… ici se combinent trois facteurs qui permettent un ressourcement immédiat. Notre établissement ressemblait à une oasis et y séjourner permet de combiner découverte et repos. Croisières, plongée, ski nautique, planche à voile, randonnées, quad… de nombreuses activités sont possibles, juste à proximité. Mais il y a aussi un Spa et on peut tout à fait conseiller la destination pour une semaine de farniente absolu ! Même les enfants sont les bienvenus, avec le fameux Baboo Club.

Après un cocktail déjeuner dégusté sur la terrasse, l’équipe du TO nous a proposé de faire un tour en quad dans le désert ou d’embarquer pour une croisière dans le golfe d’Aqaba. J’ai préféré rester tranquillement à l’hôtel pour tester ses équipements : les trois piscines extérieures, avant un bain de mer. Un moment délicieux ! La soirée a été très réussie, marquée par un dîner oriental, en présence de nombreux officiels égyptiens visiblement enchantés que les professionnels français s’intéressent à Taba. Pour certains, la nuit fut très courte…

Au carrefour de trois pays

Pour ma part, je me suis levé très tôt le lendemain pour assister à un lever de soleil exceptionnel, avant un copieux petit déjeuner face à la mer… C’est le ventre plein que nous sommes ensuite partis en excursion vers l’île des Pharaons, pour visiter sa citadelle, avant d’effectuer une minicroisière. Ce fut aussi l’occasion pour beaucoup de s’orienter. Car Eilat est tout proche, Aqaba (en Jordanie) aussi. Je suis sûr qu’à terme, cette Riviera que se partagent trois pays a un bel avenir. Pour l’heure, Taba est une alternative idéale à proposer à ceux qui ne souhaitent pas séjourner dans une station trop urbanisée, comme Sharm el-Sheikh. Pour les excursions, le monastère Sainte-Catherine peut se visiter dans la journée. On peut aussi aller à Petra, même s’il est préférable dans ce cas de partir deux jours. Dommage que nous n’en ayons pas eu le temps. Un dernier bain de mer, un dernier déjeuner et nous étions déjà repartis…

La réputation de Sofitel n’est plus à faire. J’avoue néanmoins avoir été séduit par la qualité des prestations offertes : les 294 chambres sont spacieuses et confortables, avec terrasse ou balcon, la restauration dans les quatre restaurants est de qualité, le service empressé et très aimable. Un bémol : le personnel ne parle pas français et peu l’anglais, à l’exception de l’équipe d’animation francophone. Autre petit regret à préciser aux clients : la plage est artificielle et il faut nager une vingtaine de minutes pour trouver une zone de plongée avec des fonds marins dignes de la mer Rouge.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique