Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rome accélère la vente d’ITA Airways, convoitée par Lufthansa

Pour la vente d’ITA Airways, le gouvernement italien précise les conditions. Lufthansa reste en pole position.

Le gouvernement italien a approuvé mercredi en conseil des ministres un projet de décret visant à accélérer la procédure de vente d’ITA Airways, en donnant à l’Etat la possibilité de céder dans un premier temps une part minoritaire, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale.

Le géant aérien allemand Lufthansa, considéré comme favori dans la course au rachat du successeur d’Alitalia, pourrait entrer ainsi en plusieurs étapes au capital de la compagnie italienne. Lufthansa avait toujours dit privilégier une privatisation complète d’ITA.

Officiellement, tous les candidats au rachat qui avaient participé à la procédure précédente sont cependant « confirmés », selon cette source gouvernementale. Un critère majeur pour la sélection sera le plan industriel de l’acquéreur potentiel, a-t-elle ajouté.

Lufthansa vise au moins 40% d’Ita Airways

Ce nouveau règlement remplacera le précédent décret adopté par l’ancien gouvernement de Mario Draghi qui prévoyait l’obligation pour l’Etat italien, actionnaire à 100% d’ITA Airways, de vendre une part majoritaire et de garder pendant un certain temps une participation minoritaire.

La cession d’une première part minoritaire pourrait passer par une augmentation de capital réservée au futur acquéreur, prévoit le nouveau décret. Selon le quotidien Corriere della Sera, Lufthansa vise une part d’au moins 40%, évaluée entre 180 et 200 millions d’euros, et pourrait ultérieurement monter jusqu’à 100% du capital.

« Nous travaillons beaucoup avec Lufthansa, de manière très collaborative, et nous partageons des informations avec eux », a confirmé mercredi le PDG d’ITA Airways, Fabio Lazzerini. Quant à l’éventuelle cession, « la part et les modalités de la vente seront décidées par le ministère des Finances », a-t-il ajouté.

Lufthansa seule en piste

Après le retrait fin novembre de son allié, le géant italo-suisse du transport maritime MSC, Lufthansa s’était retrouvée seule en piste et à passer au crible les comptes d’ITA, née en octobre 2021 des cendres d’Alitalia.

L’ancien gouvernement avait sélectionné fin août l’offre concurrente du fonds d’investissement américain Certares, associé à Air France-KLM et Delta Air Lines, en vue de l’ouverture de négociations exclusives.

Devant l’absence de progrès dans les discussions avec Certares, le nouveau ministre de l’Economie Giancarlo Giorgetti avait annoncé fin octobre sa décision de ne pas renouveler la période d’exclusivité, remettant ainsi en piste Lufthansa.

ITA veut « être encore plus européen »

Un rachat de la compagnie italienne « ouvrirait de nouvelles perspectives non seulement pour Lufthansa, mais aussi pour ITA », avait déclaré à la mi-décembre Carsten Spohr, PDG du groupe allemand. « Nous voulons et nous devons être encore plus européens. Ce n’est pas un secret que l’Italie est pour nous l’un des marchés les plus importants », a-t-il souligné.

L’an prochain, ITA Airways verra l’arrivée de 39 nouveaux avions, dont neuf long-courriers, ce qui permettra de renouveler sa flotte, dont « 50% sera de nouvelle génération » fin 2023, a assuré Fabio Lazzerini. « Pour la première fois au cours des vingt dernières années, les recettes dépassent les coûts dans le budget de la compagnie nationale italienne », a-t-il en outre affirmé.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique