Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Référendum pour la privatisation d’ADP : le site Internet confronté à de gros bugs

Lancé cette nuit par le gouvernement pour recueillir les signatures des Français en faveur d’un référendum contre la privatisation d’ADP, le site Internet piétine.

Gros bugs dès les premières heures : le site internet ouvert jeudi par le gouvernement pour recueillir les signatures en faveur d’un référendum contre la privatisation d’ADP était hors service dans la matinée, provoquant l’ire de certains députés, qui crient au « déni de démocratie ».

Pour rappel, la privatisation d’ADP, envisagée par le gouvernement dans le cadre de la loi Pacte, sera soumise à un référendum d’initiative partagée (Rip) si 4,7 millions de signatures sont récoltées au minimum sur le site (soit 10% du corps électoral français). La consultation, qui s’est ouverte à minuit, s’étendra sur 9 mois.

De nombreux députés mécontents

De nombreux députés opposés à la privatisation du groupe ont fait part de leur indignation face aux bugs du site Internet fraîchement lancé. En début de journée, le député LFI Alexis Corbière affirmait sur Twitter avoir dû s’y reprendre par trois fois pour se connecter et signer en faveur du Rip. Fabien Roussel (PCF), François Cornut-Gentille (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF) ou encore Boris Vallaud (PS) ont également réagi sur les réseaux sociaux.

Quelque 250 députés et sénateurs de tous bords politiques avaient enclenché début avril la procédure de Rip, introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée jusqu’ici. Ils entendent s’opposer à la privatisation controversée du groupe aéroportuaire, inscrite dans la loi pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte), adoptée définitivement par le Parlement le 11 avril.

Le ministre de l’Intérieur doit présenter jeudi le dispositif de recueil des signatures conjointement avec le Conseil constitutionnel. Il recevra ensuite dans l’après-midi les parlementaires à l’initiative du Rip.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique