Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Puy du Fou : des élus locaux pétitionnent pour la réouverture

Sous l’impulsion de Véronique Besse, la maire des Herbiers (Vendée), une trentaine d’élus locaux ont lancé une pétition pour demander la réouverture du parc à thèmes et de ses spectacles.

Alors que seuls quelques espaces de certains parcs de loisirs ont annoncé leur réouverture prochaine, Véronique Besse, la maire des Herbiers, commune voisine du Puy du Fou, vient de lancer une pétition pour accélérer la réouverture du parc à thème fondé en 1978. L’élue peut compter sur le soutien de nombreux élus vendéens, qui cosignent ce texte.

Deux jours après son lancement, la pétition a déjà recueilli près de 9 000 signatures. Trois raisons principales sont évoquées par Véronique Besse pour justifier sa demande. D’abord, selon l’élue, « le Puy du Fou a tout prévu pour accueillir ses visiteurs dans des conditions sanitaires optimales afin de garantir la sécurité de tous […] il y a moins de risques à fréquenter les allées du Puy du Fou que le métro parisien ».

500 millions d’euros de retombées économiques

Véronique Besse relie également la réouverture du parc et de ses hôtels à la relance économique de la région. « Le Puy du Fou, c’est 2500 emplois directs, et 4500 emplois indirects. C’est 500 millions d’euros de retombées économiques dans toute la Région : hôtellerie, campings, gites, restaurants, commerces… Quand un visiteur dépense 1 euro au Puy du Fou, il en dépense 3,2 euros à l’extérieur. En Vendée et dans les Pays de la Loire, espérer relancer l’économie touristique sans le Puy du Fou, ce n’est pas envisageable ! »

Enfin, le Puy du Fou est « un fleuron vendéen, certes, mais avant tout français », et sa réouverture enverrait un signal positif à l’industrie du tourisme. Concernant les parcs de loisirs, les consignes gouvernementales sont encore très strictes, puisque la fermeture pure et simple des sites d’envergure demeure obligatoire. A l’approche de l’été, saison stratégique par excellence, la prolongation de ces fermetures pourraient avoir des conséquences désastreuses pour de nombreux parcs de loisirs, dont le modèle économique repose notamment sur d’importants coûts fixes.

Pour la saison 2020, le Puy du Fou a investi plus de 62 millions d’euros dans plusieurs projets.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique