Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Puy du Fou investit plus de 60 millions d’euros… en France

Les développements à l’international n’empêchent pas les équipe du parc à spectacles d’investir massivement sur le site historique du Puy du Fou, en Vendée.

A quelques semaines de sa réouverture (4 avril), le Puy du Fou s’attend déjà à vivre une année 2020 record. En tout cas, sur le plan des investissements : plus de 62 millions d’euros sont injectés dans plusieurs projets qui seront inaugurés cette saison. Le parc vendéen va notamment ouvrir son sixième hôtel, Le Grand Siècle 4*, ajoutant ainsi 96 chambres familiales à son portefeuille hôtelier (500 chambres pour 2 500 lits).

« C’est un hôtel inspiré du château de Marly, le préféré de Louis XIV », sourit Nicolas De Villiers, le président directeur général du Puy du Fou. Construit, comme les 5 autres hôtels du site, avec le concours d’entreprises locales, le Grand Siècle accueille également le théâtre Molière, le premier bâtiment du Puy du Fou entièrement consacré à l’accueil d’événements d’entreprises. « Avec cet équipement, nous devenons le plus grand centre de congrès de l’Ouest de la France », précise Nicolas De Villiers.

Des dîners sur les scènes du parc

Le Théâtre Molière, qui aura coûté 20 millions d’euros, devra aider le Puy à augmenter le nombre d’événements professionnels organisés à destination (200 en 2019). Pour le grand public, le parc fondé en 1989 a produit un nouveau spectacle nocturne, Les Noces de Feu. Un spectacle qui raconte le mariage pyrotechnique de deux musiciens, déjà présents dans Les Orgues de Feu, un ancien spectacle nocturne du parc.

« C’est un spectacle crucial, puisque c’est celui que voient les visiteurs avant de quitter le Puy du Fou. Nous devions donc investir (16 millions d’euros, NDLR) pour offrir une expérience finale digne de notre réputation », analyse Nicolas De Villiers. Enfin, et pour ses clients les plus fidèles – ou les entreprises – le Puy du Fou va lancer les « dîners légendaires ». Un produit qui « répond à notre volonté d’événementialiser nos saisons », et qui invitera les visiteurs à de fastueux banquets sur les scènes des différents théâtres du parc vendéen.

Ces investissements massifs en France n’entravent pas l’internationalisation du Puy du Fou. En effet, le développement de Puy du Fou España se poursuit (183 millions d’euros) et, en Chine, le premier spectacle nocturne, prémices à l’ouverture d’un parc entier, devrait être jouer en 2025 au pied de la Grande Muraille.


« Nous sommes prêts à faire face au coronavirus »

Face à la progression de l’épidémie de Covid-19, Nicolas De Villiers assure que le Puy du Fou peut accueillir des visiteurs dans des conditions optimales. « Pour l’instant, notre priorité, c’est de protéger ceux qui travaillent au Puy. Pour la réouverture, nous avons installé une centaine de points de distribution de gels hydroalcooliques, et nous avons des stocks massifs. Notre organisation permet la déambulation de nos visiteurs à moins de 1000 personnes. Nous limiterons d’ailleurs l’accès à nos plus grandes salles à 1000 spectateurs, et nous jouerons le spectacle plus souvent dans la journée. Nous avons un centre de secours et des équipes médicales sur place. En l’état actuel des choses, nous sommes prêts à faire face au coronavirus. Et si le gouvernement alourdit les consignes, nous les suivrons ».

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique