Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

OpenSkies vise 17 000 clients sur Paris – Washington

Depuis le 3 mai dernier, cinq vols hebdomadaires sont proposés par la filiale affaires de British Airways.

Après New York, la compagnie classe affaires de British Airways, OpenSkies, a ouvert sa deuxième destination depuis Paris-Orly Sud, Washington Dulles, à raison de cinq vols hebdomadaires (départ à 12 heures, arrivée à 14 h 45). L’objectif est de proposer « rapidement » un vol quotidien sur cette liaison. Jusqu’à présent desservie en direct par Air France et United Airlines cette liaison représentant un marché de 200 000 voyageurs annuels, dont 85 000 premium et voyageurs affaires, le coeur de cible d’OpenSkies. « Nous visons 20 % de part de marché sur ce segment d’ici la fin de l’année 2010 », a expliqué Dale Moss, PDG de la compagnie, lors du vol inaugural. Des chiffres à comparer aux 130 000 passagers du Paris – New York en 2009 et à la part de marché de 29 % revendiquée sur cet axe transatlantique.

BIENTÔT, DES RÉSULTATS POSITIFS

En s’affichant comme une start up aérienne, OpenSkies prévoit d’afficher à l’été 2010 ses premiers résultats positifs sur New York et dans douze à quinze mois pour Washington. Par ailleurs, une nouvelle destination, depuis l’Europe vers les États-Unis, le Moyen-Orient ou le sous-continent indien, sera choisie mi-juillet pour un démarrage à l’automne En attendant, Dale Moss a dénoncé « les pratiques commerciales de compagnies majeures et dominantes » sur les plates-formes parisiennes qui « ne respectaient pas le droit européen de la concurrence et n’étaient donc pas légales ». Selon le PDG, l’attribution de tarifs préférentiels a des clients corporate par un transporteur, en fonction d’engagements de volumes d’affaires sur un axe particulier, enfreint les lois européennes sur la concurrence. « Nous nous battrons contre cela », a-t-il ajouté sans confirmer si OpenSkies se contenterait d’une lutte marketing et commerciale ou porterait l’affaire devant les tribunaux.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire