Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

OPA Club Med : et le vainqueur est… chinois

L’homme d’affaires italien Andrea Bonomi a finalement abandonné son offre sur le Club Med, après la surenchère du groupe chinois Fosun le 19 décembre.

Andrea Bonomi a annoncé le 2 janvier via sa société Global Resorts qu'il renonçait à surenchérir sur la dernière offre du conglomérat chinois Fosun pour racheter le Club Méditerranée.

La plus longue OPA de l'histoire de la Bourse

"En tant qu'investisseur institutionnel, Global Resorts estime que la situation actuelle et les niveaux de valorisation ne permettent plus de considérer que le Club Med constitue une opportunité d'investissement", a déclaré l’homme d’affaires italien. "Les actions Club Med détenues par Global Resorts seront soit apportées à l'offre de Gaillon Invest II (le véhicule mené par le conglomérat chinois Fosun NDLR), soit cédées sur le marché", ajoute le communiqué.

Le 19 décembre, le conglomérat chinois Fosun et ses partenaires sino-brésilo-franco-portugais avaient relevé leur offre sur l'entreprise française, proposant 24,60 euros par action, contre 24 euros précédemment offerts par l'équipe Bonomi.

C'est donc la fin d'une bataille boursière historique, avec la plus longue OPA qu’ait connue la place de Paris, puisque débutée il y a 18 mois.

Une valorisation à près d'un milliard d'euros

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Fosun, entré au capital du Club Med en 2010, a su faire preuve de persévérance. Pas sûr cependant qu’il fasse une aussi bonne opération que prévu. Sa première offre publique sur le capital du groupe français remonte à juin 2013.

À l'époque, le Chinois, allié au fonds d'investissement Ardian, proposait 17 euros pour l'action Club Med. Avec son offre victorieuse à 24,60€, le groupe dirigé par Henri Giscard d’Estaing se trouve valorisé à 939 millions d’euros, contre 590 millions au printemps dernier.

Un club toujours plus haut de gamme

Henri Giscard d'Estaing, conforté dans sa stratégie, devrait rester aux commandes. A charge pour lui de suivre la feuille de route de son actionnaire chinois qui passe par la poursuite de la montée en gamme et l’accélération de l’internationalisation, en Asie donc, mais aussi en Amérique latine avec de nombreux projets au Brésil.

Les nouveaux propriétaires, qui devraient facilement convaincre les actionnaires du Club de leur apporter leurs titres vu le niveau inespéré de l’action, envisagent ainsi 1,1 milliard d'euros d'investissements sur la période 2015-2017.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique