Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MyFerryLink : un dénouement houleux

Eurotunnel va céder deux de ses trois navires exploités par MyFerryLink au Danois DFDS. Une annonce suivie d’un drame : le décès du président du conseil de surveillance de la Scop SeaFrance qui exploitait pour le compte d’Eurotunnel trois ferrys faisant la navette entre Calais et Douvres.

L’aventure aura duré trois ans. Eurotunnel y a mis fin en acceptant l’offre du groupe danois DFDS pour la vente de deux de ses trois navires exploités par la compagnie MyFerryLink, émanation commerciale de la Scop SeaFrance, sur des liaisons entre la France et l'Angleterre.

La Scop SeaFrance endeuillée

Au lendemain de cette annonce faite par Eurotunnel dans un communiqué du dimanche 7 juin, le président du conseil de surveillance de la Scop SeaFrance, Didier Cappelle, a succombé à une crise cardiaque. L’homme souffrait de problèmes cardiaques depuis longtemps.

"Le groupe, regrettant que la Scop SeaFrance n'ait pas eu les soutiens nécessaires pour présenter une offre de reprise, annonce retenir l'offre engageante présentée par DFDS pour la location vente des navires Berlioz et Rodin", a indiqué Eurotunnel dans le communiqué.

Des emplois menacés

Le groupe Eurotunnel, qui exploite le tunnel sous la Manche, avait décidé fin mai de ne pas renouveler son contrat avec la Scop SeaFrance exploitant la compagnie MyFerryLink, et qui court jusqu'au 2 juillet. Cette décision avait relancé l'incertitude autour de l'avenir des quelque 600 salariés de la société.

A ce sujet, Jacques Gounon, le PDG de la société Eurotunnel, a prévenu ce lundi que le personnel de MyFerryLink ne serait pas repris à 100% par la société danoise DFDS. Selon plusieurs sources concordantes, une audience est prévue jeudi 11 juin pour placer l’entreprise en redressement judiciaire.

Vers une autorisation de l'autorité britannique de la concurrence

Eurtonnuel se veut confiant dans l'autorisation que doit désormais donner l'autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) à cette opération "qui se traduira par 2 opérateurs maritimes d'égale importance". Outre DFDS, le Britannique P&O assure des liaisons entre Calais et Douvres.

En revanche, Eurotunnel souhaite "poursuivre son exploitation en frêteur", de son troisième navire, le Nord-Pas-de-Calais, et en fera la demande aux autorités de la concurrence.

En juin 2012, le groupe avait racheté les bateaux de l'ex-SeaFrance pour les louer à d'anciens marins de la compagnie regroupés dans la Scop SeaFrance qui affrète les navires au groupe Eurotunnel, via MyFerryLink.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique