Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les vols d’Air Sénégal ont été interrompus

Air Sénégal International (ASI) a arrêté tous ses vols vendredi en raison de graves difficultés financières. Il pourrait y avoir des conséquences pour le tourisme local.

 

La menace d’un dépôt de bilan d’une des plus importantes compagnies aériennes d’Afrique de l’Ouest s’accentue: Air Sénégal International (ASI) a en effet cessé de voler depuis vendredi. Depuis plusieurs semaines, Royal Air Maroc n’a cessé d’alerter ses co-actionnaires sénégalais sur les risques d’arrêt des activités d’Air Sénégal International » a justifié la RAM qui détient toujours 51 % de la compagnie.

La direction générale d’Air Sénégal a arrêté l’exploitation, tous les vols ont été annulés, la décision a été prise dans la nuit (de jeudi à vendredi dernier, ndlr), a précisé un syndicaliste.

Plusieurs dizaines de passagers étaient bloqués vendredi à l’aéroport de Dakar.

Ces dernières semaines, la RAM avait déjà rapatrié deux de ses avions au Maroc, conséquence d’un durcissement du bras de fer l’opposant à l’Etat du Sénégal depuis fin 2007, lorsque le Sénégal a annoncé vouloir prendre le contrôle de la compagnie, en reprochant à la RAM d’avoir mal géré l’entreprise.

Pour la RAM, cette fin d’exploitation est la conséquence inévitable de la situation créée par la partie sénégalaise qui a pris (…) des décisions qui ont nui à l’existence même de sa compagnie nationale, selon le communiqué.

Cet arrêt brutal des opérations ne fait pas les affaires du nouvel aéroport international Blaise Diagne, dont les travaux ont récemment débuté près de Dakar, qui a besoin des redevances de ASI pour financer les travaux. La plate-forme a d’ailleurs entamé une procédure de recouvrement judiciaire ayant abouti à la saisie des comptes de Air Sénégal, à la suite du non paiement de ces redevances. Or ce nouvel aéroport est jugé indispensable par les TO français pour acheminer dans de bonnes conditions ses clients, notamment vers la presqu’ile de Saly. Tout retard pénaliserait donc la profession, alors que la destination a connu un bel hiver, en dépit de la crise.