Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Les gouvernements ont diabolisé nos industries » : le cri d’alerte des pros du voyage à la Commission européenne

Les professionnels du tourisme européen ont adressé une longue lettre à la présidente de la Commission européenne. Ils réclament un protocole de test européen plutôt que des quarantaines.

L’incompréhension et la colère montent chez les professionnels du tourisme. Sur les réseaux, par des pétitions ou des manifestations, les actions se multiplient pour interpeller sur la situation dramatique dans laquelle se trouvent nombre d’entreprises du secteur, confrontées à la pandémie et à la gestion pour le moins chaotique des restrictions de voyages. Si le sujet était récemment à l’ordre du jour de l’Union européenne, c’est une vive piqûre de rappel qui vient d’être adressée à Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.

Dans cette lettre signée par une vingtaine d’associations et instances du secteur*, représentant plus de 5000 entreprises, les professionnels appellent à ce que les recommandations de l’UE pour la coordination des restrictions de voyages soient rapidement déployées. “Ce cadre est un pas indispensable dans la bonne direction, car il fournit des critères communs pour des évaluations de risques totalement harmonisées et la cartographie correspondante des pays de l’UE/EEE et du Royaume-Uni, soulignent les signataires de la lettre. Nous avons besoin de toute urgence que ce cadre soit approuvé et pleinement mis en œuvre par tous les États européens.” “Cependant, il semble que de nombreux États membres aient des réserves et soient peut-être réticents à entreprendre une coordination efficace, regrettent-ils. Cela suscite l’inquiétude dans tous nos secteurs, car si la proposition de la Commission n’est pas pleinement mise en œuvre, les chances d’une éventuelle reprise seront compromises.”

27 millions d’emplois menacés

Dès le mois de juin, la réouverture progressive des frontières avait donné lieu à des négociations tendues entre les 27, pour aboutir notamment à une liste d’une quinzaine de pays dont les ressortissants pouvaient voyager dans l’Union européenne. Une liste non contraignante, les pays restant souverains sur la gestion de leurs frontières. Avec la résurgence de l’épidémie, un nombre croissant de pays a décidé d’appliquer de nouvelles restrictions au sein même de l’UE, mesures prises en ordre dispersé et souvent sans préavis.

Ainsi que le rappelle l’Ectaa, cette lettre est envoyée alors que les dernières données de l’organisme aéroportuaire ACI Europe montrent une baisse continue du trafic de passagers dans les aéroports européens au cours des deux premières semaines de septembre, qui s’établit actuellement à -73 %, contre un « pic de reprise » de -65 % à la mi-août. “Cette situation menace directement les moyens de subsistance de plus de 27 millions d’Européen”, alertent les signataires de cette lettre. “Le secteur du voyage et du tourisme représente plus de 10 %2 du PIB européen et a un fort effet multiplicateur”, ajoutent-ils.

Un protocole de test européen plutôt que des quarantaines

“Nous vous demandons donc de faire de cette question une priorité absolue et vous invitons à aborder ce problème directement avec les chefs d’État et de gouvernement », martèlent les professionnels du secteur, évoquant des conséquences dépassant l’impact économique. “Au-delà des énormes coûts économiques et humains impliqués, la liberté de circulation des personnes et le principe de non-discrimination – piliers et raison d’être du projet européen – sont menacés”, pointent-ils. (…) « Si certains verrouillages et restrictions de voyage restent levés à l’intérieur des frontières nationales, les déplacements transfrontaliers au sein de l’UE/espace Schengen continuent d’être traités différemment et sans justification adéquate. Les restrictions de voyage drastiques, en particulier les quarantaines, ne sont pas fondées sur le risque et ne constituent pas un moyen efficace de lutter contre l’épidémie et le CEPCM (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) conseille formellement aux États de prendre ces mesures », insistent les signataires. “De même que les appels actifs à éviter les voyages à l’étranger en Europe, cela signifie que les gouvernements ont diabolisé nos industries et ce qui fait partie intégrante du mode de vie européen. Il faut que cela cesse.”

« Nous espérons que l’UE ne nous laissera pas tomber »

Afin de permettre la reprise des voyages, les professionnels demandent à ce que les mesures de quarantaine soient remplacées par un protocole de test européen. “Nous sommes prêts à apporter une aide immédiate et à travailler avec la Commission et les États membres sur ce point et nous aimerions discuter avec vous de la marche à suivre dès que possible”. “Le secteur des voyages et du tourisme est de loin le plus touché par la crise Covid-19”, rappelle enfin cette lettre. “Nous avons désespérément besoin de voir un peu de lumière au bout du tunnel. Nous espérons que l’UE ne nous laissera pas tomber”, concluent-ils.

Télécharger la lettre dans son intégralité ici.

*Les signataires de la lettre : Airline Catering Associations (ACA), Airports Council International Europe (ACI EUROPE), Airlines International Representation in Europe (AIRE), Alliance of Rail New Entrants (ALLRAIL), Airport Services Association (ASA), AEROsPACE AND Defence Industries Association of Europe (ASD), Airlines for Europe (A4E), Civil Air Navigation Services Organization (CANSO), European Business Aviation Association (EBAA), European Cockpit Association (ECA), European Travel Agents’ and Tour Operators’ Associations (ECTAA), European Federation of Campingsite Organisations & Holiday Park Associations (EFCO&HPA), European Regions Airline Association (ERA), European Travel Commission (ETC), European Transport Workers’ Federation (ETF), European Tourism Association (ETOA), European Travel Retail Confederation (ETRC), EU Travel Tech (ETT), EuroGites (eurogites), General Aviation Manufacturers Association (GAMA), Hotels, Restaurants & Cafés in Europe (HOTREC), International Association of Amusement Parks and Attractions (IAAPA) International Air Transport Association (IATA), International Road Transport Union (IRU), Taxi Europe Alliance (TEA).

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique