Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les agences Internet partent en croisade contre Air France

« L’association des sites de voyages Level fustige « l’inadmissible politique commerciale prônée par Air France ». »

Les frais de distribution que percevra Air France dans ses points de vente et sur son site Web l’année prochaine, pour remplacer les commissions, devraient donner le la dans la profession. En théorie, libre aux agences de s’aligner ou non sur le barème de la compagnie. La logique voudrait qu’elles le fassent afin de rester compétitives.

Cependant, d’après l’association Level, qui regroupe des sites de voyages (Expedia, Go Voyages, Lastminute…), c’est mission im-possible sans y laisser sa peau : Nous devrions facturer des frais de 8 E en moyenne demain si nous voulons afficher les mêmes prix qu’Air France sur Internet, selon Frédéric Vanhoutte, président de Level.

Une tentative de mise à mort des distributeurs sur Internet

La compagnie facturera en effet sur son propre site de 5 à 20 E, selon le type de vol et la classe de réservation. Or le montant moyen que les agences de voyages européennes devront percevoir pour couvrir leurs coûts est de 35,5 Epar billet, selon une étude publiée par le Groupement des unions nationales des agences et organisateurs de voyages de l’Union européenne (Ectaa). Level parle donc de tentative de mise à mort des distributeurs sur Internet.

Pour vivre, nous serons contraints de facturer des frais supérieurs à ceux qu’Air France va pratiquer sur Internet, renchérit une agence en ligne, au risque d’être hors marché. Les sites ne seront pas les seuls perdants. Car le client ira là où le prix final est le moins élevé. Airfrance.fr réussira à le détourner également des agences traditionnelles. La compagnie va tuer la concurrence, poursuit-elle

Il sera impossible pour les agences de rivaliser demain avec Air France qui, sous prétexte de la concurrence du rail ou des transporteurs low cost, pourra décider de supprimer les frais de dossier, complète Frédéric Vanhoutte. Ce dernier, espère encore convaincre la compagnie nationale de modifier sa politique.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique