Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : un Dîner de c… ?

Dès le début de cette crise, naïvement, j’avoue, j’ai cru… J’ai cru que Président Macron, que ses ministres avaient compris que parmi les forces vives de l’économie, le tourisme devenait quasi une priorité nationale…

Jusqu’à il y a 15 jours, lors de l’intervention « fleuve » du Premier ministre à la barbe salée. Pas une seule fois, même s’il a évoqué le peu de chances de voyager à partir du 11 mai prochain, il n’a évoqué le « tourisme ». Pas trop grave me suis-je dis in petto (parfois, je me parle in petto, ça change), puisque Président Macron organise, au téléphone, une réunion consacrée au tourisme, réunissant la fine fleur de notre industrie.

Bon, me suis-je redis, en me parlant normal cette fois, on va enfin voir certaines initiatives se concrétiser. Si Président s’empare lui-même du problème, ça va aller vite et nos professionnels vont pouvoir envisager leur survie avec un tant soit peu de sérénité.

Décidément, je ne comprends rien à rien… ou alors, c’est le confinage qui me monte au cerveau.

Lorsque l’on vous parle d’une réunion au plus haut niveau des professionnels du tourisme, vous pensez à qui, vous qui me lisez avec des yeux ronds ? Rassurez-vous, je vais vous le dire : vous voyez des représentants des voyagistes, des réceptifs, des agents de voyages, des hôteliers, des croisiéristes… Enfin, tous les secteurs de notre activité.

L’édito de Gobert : IATA ? Autisme à l’état pur !
Dominique Gobert.

Faut croire que Président Macron se fait une drôle d’image du tourisme, comme me le disait un absent de cette réunion, parce que le casting, c’est un peu improbable, malgré la grande qualité de ceux qui avaient l’honneur d’être invités.

Je cite, et dans l’ordre, Emmanuel Macron, suivi par Bruno Le Maire, l’homme qui change de veste plus vite que son ombre, Gérald Darmanin, en charge de l’Action (action ? Vous avez dit action ?) et des comptes publics, Jean-Baptiste Lemoyne, bien à la peine pour défendre la profession. Ça, c’était pour les grosses têtes.

Pour les professionnels, on trouve Roland Héguy (UMIH), Didier Chenet (GNI), Sven Boinet (AFT), Nicolas Dayot (FNHPA), Marie-Reine Fisher (Confédération nationale du tourisme Institutionnel), damned et, tenez-vous bien, 5 chefs étoilés (18 étoiles à eux tous). Un Zoo en la personne de Rodolphe Delord (pas Nicolas de Thomas Cook), de Villiers pour le Puy du Foufou. Enfin, Sébastien Bazin (Accor un hôtelier…) et pour finir Philippe Coy… Président des buralistes ! Mais oui.

Nos présidents des syndicats professionnels ? Que nenni. Nos présidents de réseaux ? Non plus. Les grandes compagnies de croisiéères ? Que tchi !

Vous me direz que, finalement, ils n’ont rien raté… Si ce n’est que Président Macron nous apprend que « ce virus n’aime pas l’art de vivre à la française » (sic) et « je ne veux pas qu’il existe une fragilité liée à cette période pour les entreprises ». C’est déjà ça.

En revanche, malgré le communiqué publié à l’issue de cette conférence, intitulé « Mesures de soutien en faveur des restaurants, café, hôtels, des entreprises du secteur du tourisme, de l’évènementiel, du sport et de la culture », ben, en gros et pour faire court, la montagne a accouché d’une souris.

C’est même pas moi qui dit ça, (j’aurais pu, rassurez-vous). Seule avancée, Le Maire va relever le seuil du fonds de solidarité. Pour le reste, rien que du « on va voir, faut encore en parler, on va échanger avec les collectivités, le gouvernement va prendre acte, des mesures supplémentaires seront nécessaires et on fera un point d’étape lors d’un Conseil Interministériel qui se tiendra le 14 mai prochain !

Mais, ce qui est bien c’est, et je cite que : « Ces secteurs sont cruciaux pour l’économie française, pour les territoires, pour l’emploi et plus largement pour le rayonnement de la France ».

Ben je suis sûr que vous allez vous sentir beaucoup mieux !

A lire aussi : Les éditos et interviews de Dominique Gobert

1 commentaire
  1. Marc dit

    Décidément, vous n’êtes même plus drôle et surtout aigri. Changez de métier GOBERT. Je peux vous appeler GOBERT puisque vous appelez le ministre LE MAIRE.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique