Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Snav veut une explication de texte avec les comparateurs sur Internet

En étroite collaboration avec Level.com, le Snav convoque les agences en ligne et les réseaux traditionnels le 7 novembre. A l’ordre du jour : les comparateurs, mais aussi les moteurs de recherche.


Les comparateurs sur Internet, tel Kelkoo, n’ont pas très bonne presse parmi les agences en ligne. A telle enseigne que certains sites, comme Expedia France, ont décidé de retirer leurs offres de certains portails. En cause, le modèle économique de ces nouveaux intermédiaires, la question des clics frauduleux qui hypothèquent le retour sur investissement, et l’affichage parfois biaisé des résultats. Quand l’internaute effectue une recherche de vols secs par exemple, Kelkoo.fr affiche en tête des réponses les offres des sites qui ont d’abord payé le prix fort. 

Les internautes doivent effectuer de plus en plus de clics, ce qui coûte cher aux sites de voyages, résume Frédéric Vanhoutte, président de l’association Level. Et les résultats ne sont pas toujours conformes aux attentes. Il arrive que, pour une requête de vol sec, un comparateur suggère spontanément un billet de train ! Les agences en ligne se sont longtemps plaintes de l’opacité des comparateurs. Maintenant, certaines se sont retirées de ces nouveaux intermédiaires, qui peuvent polluer la chaîne de distribution, souligne t-il. Et d’ajouter : Il faut que les comparateurs prennent des engagements. C’est un débat que nous souhaitons mener avec les agences en ligne et les réseaux traditionnels. D’où l’invitation du syndicat, de concert avec Frédéric Van Houtte (également directeur général de selectour.com), le 7 novembre.
Nous devons déterminer quel mode opérationnel adopter avec les comparateurs, mais aussi avec les moteurs de recherche comme Google. Nous souhaiterions par ailleurs que l’extension en .travel, à laquelle seuls les vrais professionnels du voyage peuvent prétendre, deviennent une référence. A l’issue de cette première réunion, le Snav compte rencontrer les comparateurs et les moteurs de recherche pour leur exposer les attentes des distributeurs. Et séparer à terme le bon grain de l’ivraie, pour reprendre les propos de Frédéric Vanhoutte.

Les comparateurs sont déjà dans le collimateur de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui enquête actuellement pour jauger leur  transparence vis-à-vis des consommateurs.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique