Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le repositionnement de Jet tours est-il viable ?

Jet tours devient la marque TO nationale, avec un périmètre ramené aux clubs et circuits. Exit, donc, le sur mesure et  les week-ends. Qu’en pensent les agences enseigne Jet tours ?

Aurélien Rath, directeur général du mini-réseau Cap 5, dont trois agences sont enseignes Jet tours, se félicite de la cession de l’activité Austral Lagons et Au Coeur du Monde (Polynésie, Seychelles, Caraïbes) à Hélion de Villeneuve et sa nouvelle structure Le Monde à la carte.

"Pour nous, c’est plutôt une bonne nouvelle. Même sortie du périmètre Jet tours, nous allons continuer à vendre cette production sur mesure à la carte. Je fais confiance à Hélion de Villeneuve et au savoir-faire de son équipe. Le fait qu’ils reprennent cette activité est pour nous un vrai gage de qualité. Je leur fais plus confiance qu’au Jet tours intégré qui garde la partie circuits et clubs. Il est certain que Thomas Cook France, avec la restructuration en cours, va connaître quelques mois difficiles. On espère que la qualité, qui s’était déjà dégradée, ne sera pas touchée, d’autant que la concurrence est forte".

"Remettre en avant les Eldorador est une bonne nouvelle car les clients sont fidèles à ce produit", remarque pour sa part Francis Gallo, directeur général de Sembat Voyages (3 agences Jet tours).

La disparition annoncée du sur mesure USA/Canada et Asie laisse en revanche plus perplexe le directeur général de Cap 5. "Nous faisions pourtant de bonnes ventes sur ces axes. Il faudra trouver des alternatives chez d’autres fournisseurs". Un recours que Michel Rességuier, président de Thomas Cook France, se dit prêt à encourager. "Nous continuerons à distribuer des produits à la carte, mais ce seront ceux fabriqués par nos fournisseurs avec des référencements qui pourraient être élargis", explique-t-il.

Une bonne nouvelle pour tous les TO référencés Thomas Cook

"Nous avons toujours vendu d’autres TO et allons continuer à le faire", note Francis Gallo.  "Ce message d’ouverture aux autres fournisseurs était déjà flagrant de la part de Thomas Cook depuis le début de l’année :  il n'y a pas que Thomas Cook chez Thomas Cook ! Le modèle industriel, qui a voulu être mis en place a raté, et n’est pas duplicable en France".

"C’est en tout cas une belle revanche pour tous les TO référencés qui avaient eu maille à partir avec Denis Wathier", remarque Aurélien Rath qui espère que, du coup, les rémunérations seront plus attractives puisque le volume de vente devrait automatiquement augmenter.

Reste qu’il faudra certainement en juin prochain, lors de la prochaine convention des affiliés Thomas Cook, remettre à plat les contrats. "Si la production est recentrée sur la marque Jet tours et la distribution sur Thomas Cook, quid des agences enseigne Jet tours ?", s’interroge Francis Gallo.  "Le recentrage de l’offre sur une quinzaine de destinations ne peut mécaniquement pas faire remonter la part de marché de nos enseignes Jet tours".

"Nous sommes vigilants mais pas inquiets", ajoute Aurélien Rath, qui n'envisage pas de décrocher ses enseignes. "Jet tours reste une marque très porteuse, bien plus que Thomas Cook".

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique