Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Portugal vole au secours de TAP Air Portugal

Ce n’est pas une prise de participation, mais bien un prêt, que la compagnie devra rembourser sous six mois : la Commission européenne a autorisé l’Etat portugais à prêter jusqu’à 1,2 milliard d’euros à TAP Air Portugal pour lui permettre de faire face à « ses besoins de liquidité immédiats ».

Déjà en difficulté avant la pandémie qui a donné un coup d’arrêt au secteur aérien, TAP Air Portugal va bénéficier d’un prêt bancaire de l’Etat portugais. Une opération autorisée par Bruxelles, qui rappelle toutefois que le transporteur portugais ne pourra pas bénéficier de l’assouplissement des règles encadrant les aides publiques aux entreprises décidé après la crise, à cause de ses difficultés antérieures.

« Les autorités portugaises ont assuré que la TAP remboursera l’emprunt ou soumettra un plan de restructuration dans un délai de six mois, afin de garantir sa viabilité future », précise la Commission européenne. Privatisée à hauteur de 61% en 2015, la TAP a vu l’État portugais remonter en 2016 à 50% du capital, partageant ainsi les 50% restants avec le consortium privé Atlantic Gateway (45%) et les salariés de la compagnie (5%).

Une perte de 105,6 millions d’euros en 2019

A la mi-avril, le Premier ministre portugais Antonio Costa s’était dit prêt à nationaliser la compagnie si c’était nécessaire pour éviter sa disparition. Le ministre a notamment dévoilé que les négociations entre Atlantic Gateway et le groupe Lufthansa, entamées il y a plusieurs mois et qui auraient peut-être permis à la compagnie de reprendre son souffle, avaient été interrompues par la crise sanitaire.

Le groupe qui détient la TAP a enregistré en 2019 une perte nette de 105,6 millions d’euros, après un résultat négatif de 118 millions d’euros l’année précédente. La Commission européenne multiplie les autorisations spéciales pour des aides étatiques pour des entreprises de l’Union européenne affaiblies par les conséquences économiques du confinement. Il y a quelques jours, c’est le gouvernement finlandais qui était autorisé à recapitaliser la compagnie Finnair, à hauteur de 286 millions d’euros.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique