Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Maroc ne veut pas perdre le Nord

Le printemps arabe a fait du tort au Maroc. Mais le royaume est prêt pour le rebond touristique, particulièrement dans le nord où innovations et rénovations font grandir l’intérêt.

«Il y a des pays qui font grandir l’âme ». Fort de son slogan touristique, le Maroc ne veut pas se laisser abattre par une année 2011 déprimante. L’impact du printemps arabe a été instantané : fin mai, les nuitées des touristes français reculaient déjà de 28,3 %. Et l’attentat de la place Jemaa El Fna à Marrakech le 28 avril (17 morts) a sérieusement entamé les espoirs d’un redressement rapide. Au 31 août, les tour-opérateurs du Ceto (455 336 forfaits vendus en 2010) constataient un recul de 26 % sur la saison d’été. Mais le royaume chérifien garde le cap d’une stratégie ambitieuse de développement.

LES HÔTELIERS METTENT LES BOUCHÉES DOUBLES

Des infrastructures de transport se construisent à toute vitesse : 1 400 kilomètres d’autoroutes impeccables, une ligne TGV (350 kilomètres) promise en 2015 entre Tanger et Casablanca, un port immense (Tanger Med) en cours d’aménagement sur le détroit de Gibraltar et des tramways en ville, sur le modèle français, à Rabat et à Casablanca. Certes, d’autres chantiers, pourtant essentiels, peinent à sortir de terre. Le plan Azur, vaste projet gouvernemental de développement touristique, a été repoussé de 2010 à 2016 et la construction de 85 000 lits, répartis entre six nouvelles stations balnéaires, n’a démarré que très lentement, faute de partenaires financiers. Mais les professionnels s’activent. Ils sont nombreux à avoir profité du calme estival pour entreprendre de grands travaux. Les hôteliers misent sur leurs établissements rénovés ainsi que sur un service en constante amélioration pour aborder l’hiver (un tiers de la fréquentation) dans un contexte apaisé, et attaquer 2012 avec de nouveaux attraits. Les villes du nord, bien armées pour concurrencer les best-sellers Agadir et Marrakech, pourraient être les gagnantes de la prochaine décennie.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique