Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Futuroscope fête ses 25 ans en forme

Le parc poitevin, qui soufflera sa 25ème bougie le 31 mai, a repris le chemin de la croissance. Sa stratégie de reconquête, entamée après le creux de la vague en 2002, porte ses fruits.

"Le Futuroscope ne subit pas la crise", a affirmé Dominique Hummel, directeur du parc, lors d’une conférence de presse mardi dernier.

En 2011, le parc a enregistré un chiffre d’affaires de 89 millions d’euros (contre 87 millions en 2010), 1,8 millions de visiteurs (40 millions en 25 ans) pour 9,5 millions d'euros de profits. Le 2ème parc français en termes de fréquentation, derrière Disneyland Paris, a donc largement remonté la pente depuis "le grand toboggan de 2002, lorsqu’il avait accueilli 1 200 000 visiteurs, contre 2 780 000 en 1997", explique le directeur. Fort de ce succès, la Compagnie des Alpes a renforcé ses investissements en devenant l’an dernier le premier actionnaire du site derrière le département de la Vienne, à 46%.

La stratégie du 10/20/60

Symbole de la réussite de cette nouvelle stratégie, "Arthur, l'aventure 4D" a été élue meilleure attraction au monde en 2011. Des nouveautés sont au programme pour les festivités du 25eme anniversaire : iMagic, spectacle d’effets spéciaux, un nouveau Petit Prince, théâtre immersif saisissant, des concerts, des animations, l’entrée en scène du Peuple du Futur… "Nous investissons chaque année près de 10% de notre chiffre d'affaires pour renouveler 20% des attractions afin d’atteindre 60% de taux de revisite", détaille Dominique Hummel. Les enjeux marketing principaux : lutter contre la procrastination (la manie de remettre un projet au lendemain), et fidéliser la clientèle grâce à des nouveautés.

La stratégie fonctionne ! Le parc, qui compte 12 hôtels, est devenu une vraie destination de séjour (2 jours en moyenne). 12% des visiteurs habitent à moins d’1h30, contre 33% à plus de 2h30. Un projet d’hébergement en plein air est en réflexion, soit sous forme de bungalows à proximité du parc, soit sur un site non lié à l’identité du parc.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire