Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Bleu de France surfe sur la croisière française

Avant son départ vers les Caraïbes, le navire 100 % francophone opéré par Croisières de France termine une belle première saison en Méditerranée.

La nouvelle compagnie Croisières de France (CDF, filiale du groupe américain Royal Caribbean Cruises Ltd) annonce un taux de remplissage proche des 90 % pour son premier été de navigation avec le Bleu de France. Ce navire de 200 m, 374 cabines et d’une capacité de 750 passagers, achève le 2 novembre prochain cinq mois de navigation en Méditerranée au départ de Marseille. Il rejoindra ensuite La Romana (République dominicaine) et tournera dans les Caraïbes jusqu’au 11 avril 2009. « Nous sommes pratiquement complets pour Noël et le nouvel an ainsi qu’en février », se réjouit Nicholas Sharp, directeur général de CDF. Le navire, ex-Europa puis Holiday Dream, a été rénové cette année (24 ME investis) et le produit entièrement pensé pour coller à la clientèle française. « Nous proposons une cuisine simple mais franche, réalisée par un chef français, souligne Jean-Lou Rodot, directeur hôtelier du Bleu de France. Dans ce domaine, nous ne pouvions pas nous tromper. » À bord, c’est du « 100 % tout inclus », boissons comprises (et même alcools forts), 24 h/24. La prochaine saison en Méditerranée s’ouvrira le 19 avril 2009 avec quatre nouveaux itinéraires (sur 4, 5, 8 ou 12 jours jusqu’en Grèce) qui se substitueront à l’actuel, trop classique (Marseille, Barcelone, Tunis, Naples, Civitavecchia et Livourne). Un package Spa (Spa et cuisine minceur) sera proposé sur 30 cabines dédiées, situées près de l’unique ascenseur menant au Spa. Puis à l’hiver 2009-2010, le navire partira de Fort de France et proposera deux itinéraires différents de 8 jours. Contrairement à ce qui a été annoncé en mai dernier, CDF n’engagera pas un second navire en 2009. « Nous préférons d’abord consolider notre produit », justifie Nicholas Sharp.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique