Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’avion à hydrogène est nécessaire mais ne suffira pas

Selon une étude de l’ONG International Council on Clean Transportation, les avions à hydrogène ne permettront pas de réduire à eux seuls l’empreinte carbone du secteur.

L’introduction d’avions propulsés à l’hydrogène à partir de 2035 permettra de limiter les émissions de CO2 mais pas de réduire à eux seuls l’empreinte carbone du secteur aérien, selon une étude de l’ONG International Council on Clean Transportation (ICCT) publiée mercredi.

Le moteur à hydrogène n’émet pas de pollution ni aucun gaz à effet de serre puisqu’il produit de la vapeur d’eau. Cela suppose en revanche que l’hydrogène soit elle-même « propre », c’est-à-dire produite par électrolyse de l’eau en utilisant une électricité issue de sources renouvelables (hydrogène vert).

Que sur les vols court et moyen-courrier

Si les vols long-courriers ne peuvent être propulsés à l’hydrogène, notamment en raison du volume qui serait nécessaire à son stockage à bord, « les avions à hydrogène sont viables sur les vols court et moyen-courriers et pourraient pratiquement éliminer les émissions de CO2 », affirme l’ICCT.

Ces avions, qui auraient une autonomie moindre que les avions brûlant du kérosène, pourraient représenter près du tiers du trafic passagers mondial à compter de 2035, date prévue de leur entrée en service par l’avionneur Airbus, qui a fait de l’avion à hydrogène un « axe stratégique majeur ».

Deux fois plus d’avions en 2050

L’ICCT s’est penchée sur deux projets d’avions à hydrogène : un biréacteur monocouloir de la classe A320 et un avion régional turbopropulseur type ATR-72.

Le biréacteur pourrait transporter 165 passagers sur 3 400 kilomètres, couvrant 71% du marché des monocouloirs, le turbopropulseur 70 passagers sur 1 400 kilomètres, soit 97% de son marché.

Le secteur aérien a transporté 4,5 milliards de passagers en 2019, produisant 900 millions de tonnes de CO2, soit près de 3% des émissions mondiales. Il devrait doubler d’ici 2050.

Aucun scénario parfait

Si la totalité des liaisons aériennes éligibles étaient desservies par des avions à hydrogène en 2050, ces derniers permettraient de réduire les émissions du transport aérien de 31%, soit 628 millions de tonnes de CO2. Ce qui ramènerait l’empreinte carbone du secteur à son niveau attendu en 2035, moment de son entrée en service, note l’étude.

« Un scénario moins ambitieux prévoyant l’adoption de 20 à 40% d’avions à hydrogène sur ces liaisons permettrait d’éviter 126 à 251 millions de tonnes d’équivalent CO2 en 2050, ce qui représente 6 à 12 % des émissions du transport aérien de passagers », note l’ICCT.

Les Etats devront financer l’hydrogène

L’étude n’inclut pas dans son périmètre les autres leviers attendus pour réduire l’empreinte du secteur : évolutions technologiques des avions, meilleure gestion du système de contrôle aérien, introduction des carburants d’aviation durables.

L’hydrogène vert sera moins cher que les futurs carburants synthétiques durables mais coûtera davantage que le kérosène d’aviation et devra donc faire l’objet d’un soutien financier des gouvernements.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique