Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCM revient dans la course

Réduction de 400 postes des effectifs, politique de changement de navires, recherches d'économie et dégagement de 15 M€ de bénéfice en 2008, la SNCM se réorganise.

 

La Délégation de service public (DSP) remportée, la SNCM engage aujourd'hui son plan de relance. Si sa saison estivale accuse une chute du trafic de 7,6 % sur la desserte de la Corse, Paul de Rozen, directeur commercial, se rassure en tablant sur une progression annuelle de 2 à 3 % (soit 17 000 passagers en plus) du trafic vers l'île de Beauté et un chiffre d'affaires de 299 M€ en 2007, soit une hausse de 10 % comparé à 2006. "La SNCM était partie pour perdre de manière récurrente 30 M€ par an. A partir de 2009, nous devrions au contraire dégager 15 M€ de bénéfices, avec la capacité de remplacer des navires tous les deux ans et demi", précise Gérard Couturier, président du directoire. En 2008, le Monte Cinto et le NGV Liamone (4 fois plus cher en carburant qu'un ferry classique) quitteront la flotte tout comme le Jean Nicoli, prêté par Veolia Transport et jugé trop long pour accoster dans les ports. "Au départ de Nice, nous voulons retrouver un niveau d'activité supérieur avec un nouveau navire", dévoile Paul de Rozen. En l'absence de grèves et d'annulations, la SNCM a par ailleurs pu reprendre son activité de mini-croisières, avec près de 10 000 passagers transportés à fin octobre. La compagnie entend par ailleursrevoir son offre de restauration à bord.
 

Côté social, les discussions devraient se poursuivre avec le Comité d'entreprise pendant encore un ou deux mois afin de réorganiser les tâches de chaque salarié. Objectif : s'adapter aux départs volontaires de près de 400 personnes équivalent temps plein (sur 2 400 salariés) d'ici l'été 2008, dont plus de la moitié de navigants. A noter qu'en fin de semaine dernière, Le Corse, navire qui assure depuis une semaine les rotations entre Sète et trois ports algériens (Bejaia, Oran et Skikda), est resté à quai en raison d'un conflit social.

 

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique