Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des grévistes SNCM bloquent un navire de Costa

Les grévistes de la SNCM ont bloqué ce dimanche 30 mars l'accostage à Marseille du Costa Pacifica. Ils reconduisent leur mouvement.

En grève depuis mercredi dernier, les salariés de la SNCM ont bloqué, ce dimanche 30 mars vers 7 heures, l'accostage à Marseille du Costa Pacifica, avec environ 3000 personnes à bord.

"On a pu mettre en place un plan B en plaçant le navire au mouillage dans la rade et en traitant les opérations, passagers et bagages, avec des vedettes", a précisé à Reuters le président du Club de la croisière Marseille-Provence, Jacques Truau.

De son côté, la direction de la SNCM a demandé à l'Etat d'organiser dès lundi une table ronde des actionnaires de la compagnie maritime marseillaise. "Il est insupportable pour notre entreprise qu'après plus de cinq jours de blocage, les solutions de sortie de crise ne soient pas trouvées", a lancé le président du directoire, Marc Dufour.

Restructuration en cours

En difficulté financière, la SNCM s'est engagée dans un plan de redressement prévoyant le renouvellement de la flotte, une augmentation du temps de travail et une réduction d'environ 500 postes sur 2 600. De plus, la justice européenne a récemment décidé qu'elle devait rembourser 440 millions d'euros d'aides publiques indues.

"Les personnels sont excédés, nous voulons des réponses de l'Etat, faute de quoi nous allons encore monter en puissance", a indiqué Yann Pantel, délégué CGT, rapporte l'AFP. De son côte, la CFE-CGC va plus loin. "Nous sommes dans l'attente d'un arbitrage clair de l'Elysée sur la sécurisation du projet de la SNCM et le rejet de mise en œuvre de toute procédure collective", a ajouté Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC des officiers, précisant que la poursuite du mouvement a été votée à l'unanimité..

La grève, la deuxième depuis janvier et le renouvellement de la délégation de service public (DSP) de transport maritime entre la Corse et le continent, vise notamment à pousser le gouvernement à chasser l'actionnaire principal Transdev, filiale de la Caisse des Dépôts et de Veolia Environnement, qui a affiché son hostilité croissante vis-à-vis du plan de redressement de la société.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique