Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Thomas Cook France : le point sur les frais d’annulation et la cession des PNR

Nicolas Delord adresse aujourd’hui un courrier aux agences. L’occasion de faire le point sur les frais d’annulation Jet tours, et l’arrêt de la cessions des PNR émis et payés.

C’est le 1er octobre que le tribunal de commerce de Nanterre a ouvert une procédure collective de redressement judiciaire pour Thomas Cook France. Nous sommes à mi-parcours, puisque les candidats à la reprise doivent déposer leur offre auprès du tribunal d’ici le 22 octobre, à 19 heures. Deux administrateurs ont été nommés : Hélène Bourbouloux, cofondatrice de l’étude Selarl FHB, qui avait provoqué l’ire de Jean-Pierre Mas (EdV), pour son traitement du dossier Aigle Azur ; et Hélène Charpentier, de la SCP Thévenot Partners.

La prochaine date d’audience au tribunal est fixée au 5 novembre, rappelle un communiqué de Thomas Cook France daté du 9 octobre. Un communiqué qui ne livre aucune information nouvelle, mais rappelle à qui veut l’entendre que 174 agences de voyages sont à vendre, ainsi que le tour-opérateur Jet tours. Pour mémoire, dans l’Hexagone, l’entreprise compte un total de 780 salariés, et affiche un chiffre d’affaires de 425 millions d’euros par an.

Nouvelles dispositions pour les agences

Face à des distributeurs et producteurs englués dans des dossiers compliqués, souffrant d’impayés, et devant affronter la colère des clients, un courrier que nous nous sommes procurés est envoyé aujourd’hui aux agences tierces et franchisées, ainsi qu’au Seto, avec la signature de Nicolas Delord. L’occasion pour le président de Thomas Cook France de s’expliquer, et surtout de faire un point au sujet des procédures sur les dossiers en cours.

Jet tours ne facturera pas de frais d’annulation pour les départs au-delà du 1er décembre, sachant que « si vous souhaitez maintenir votre réservation, toutes les propositions seront prises pour que celles-ci soient honorées une fois la société reprise ». Autre information à retenir : pour « des raisons réglementaires », Thomas Cook France n’est plus habilité à céder les PNR Jet tours émis et payés, tel qu’il le faisait jusqu’alors. « Nous le regrettons », souligne Nicolas Delord. Sous réserve de l’accord express de la compagnie aérienne concernée, le groupe peut en revanche céder les PNR non émis. Pour cela, les agences doivent en faire la demande auprès de la compagnie concernée, qui se chargera alors du transfert du PNR.

« Avec beaucoup de courage, honneur et dignité, dans des conditions particulièrement difficiles et malgré le traumatisme vécu, tous les collaborateurs de Thomas Cook France et Jet tours sans exception s’attachent à faire de leur mieux pour limiter les perturbations consécutives à la liquidation de leur actionnaire », souligne le courrier.

Communication de crise

Depuis l’effondrement du groupe au Royaume-Uni, Nicolas Delord s’est fait plus que discret dans la presse grand public comme professionnelle. Mais la direction de la communication de l’entreprise à Paris assure qu’il ne lâche pas les commandes. « Nous sommes en communication de crise depuis la nuit du 22 au 23 septembre », nous rappelle-t-on. Le patron communiquerait en interne plusieurs fois par semaine avec ses collaborateurs. Que ce soit par mail,  via le réseau social interne WorkPlace de Facebook, webex. En externe, Jérôme Delente, directeur du réseau de distribution, ainsi que Jean Christophe Guillin, directeur des accords commerciaux, ont eu tous les TO au téléphone « un par un depuis le début de la crise », est-il ajouté.

Du côté des voyagistes, les avis sont toutefois très partagés, certains regrettant un manque de communication, mais aussi d’équité.

Un premier message avait été adressé par le patron de Thomas Cook à ses « partenaires », daté du 1er octobre. « Nous avons remporté une étape importante dans la bataille engagées pour donner un futur à Thomas Cook France, expliquait-il. En effet, suite à la plaidoirie, le tribunal de commerce a rendu son verdict en faveur de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire, point de départ et condition sine qua non pour la mise en place d’un projet de reprise (…). Ce n’est que la première étape, néanmoins très importante, victorieuse sur le chemin de l’avenir. Nous rentrons désormais dans une période critique et déterminante pour le futur de Thomas Cook France. »

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique