Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Italowcost a la croissance baladeuse

Le spécialiste des courts séjours vers Venise, Rome et Prague ajoutera 19 villes de départ en 2011 grâce à un plan de vol "baladeur".

Repris en majorité par XL Airways en début d'année, Italowcost en a profité pour développer les synergies avec Crystal TO, l'autre filiale de la compagnie. Locaux communs, migration informatique et fusion des équipes, tout sera opérationnel début décembre, avec pour les deux TO BtoB une vraie complémentarité : les courts séjours moyen-courriers au printemps et à l'automne pour Italowcost, les séjours balnéaires plutôt long-courriers l'hiver et l'été pour Crystal. « Nous ne volons plus à l'année vers l'Italie », précise Frédéric de Fournoux, fondateur d'Italowcost. « Les compagnies low cost sont trop présentes pour que ce soit rentable de maintenir des chaînes charter en hiver. Mais on va aller chercher les clients chez eux, ce qui compensera. » Tout en conservant sa programmation classique au départ de Paris, Nantes et Toulouse, Italowcost se renforce en effet depuis la province en multipliant les départs depuis certains aéroports secondaires. Dix-neuf villes (dont Brest, Biarritz, Deauville, Metz-Nancy, Limoges…) sont au programme du plan de vol 2011, avec départs garantis, puisque le TO a déjà un taux de remplissage pour les groupes supérieur à 50 %. Les courts séjours Venise seront proposés entre le 27 février et le 30 juin, Rome desservie du 8 septembre au 3 novembre et Prague du 31 mars au 30 juin avec plusieurs dates de rotation pour chaque ville de départ. Une plaquette récapitulant ces programmes (à partir de 299 E TTC, en partenariat avec XL Airways, Europe Airpost et SmartWings) sera distribuée début décembre. De quoi viser une croissance de 10 % l'an prochain par rapport aux 20 ME de CA de 2010. « Nous touchons une nouvelle clientèle, essentiellement de province, qui veut être prise en main. Nous n'avons pas pris ces clients à d'autres TO, ni dégradé l'image de Venise. C'est le dynamique packaging qui fait souffrir les spécialistes comme Donatello », estime Frédéric de Fournoux.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique