Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Guerre en Ukraine : pas encore d’impact en agences de voyages

Quelques jours après le début de l’invasion russe en Ukraine, Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du voyage (EDV), estime que les agences de voyages ne sont pas encore impactées par les conséquences du conflit… sauf les opérateurs spécialisés.

Tous les professionnels de l’industrie le savent : le secteur du tourisme subit de plein fouet les différentes crises qui secouent le monde. Qu’elles soient sécuritaires, sanitaires ou politiques, elles obligent les acteurs du tourisme à faire preuve d’une résilience permanente et d’une agilité maintes fois éprouvées ces derniers mois.

L’invasion militaire russe en Ukraine aura des conséquences pour l’industrie du tourisme. Le paysage aérien a été totalement bouleversé ces derniers jours, et d’autres impacts sont à prévoir. « Je pense que l’impact sera très sérieux pour les opérateurs spécialisés de ces deux destinations, et ceux qui opèrent en Europe de l’Est en général », estime Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du voyage (EDV).

« Un tassement mais pas d’arrêt brutal »

Mais selon lui, il est « trop tôt pour qu’on puisse mesurer les conséquences » de la guerre en Ukraine. « En fin de semaine dernière, nous avons constaté un léger tassement des réservations, mais pas d’arrêt brutal. Nous l’avons remarqué parce que nous étions dans une sorte de période euphorique depuis début février. Mais, si on exclut les destinations Russie et Ukraine, je suis optimiste pour le moment », note Jean-Pierre Mas.

Pour rappel, le syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) recommande de « suspendre tous les départs vers l’Ukraine et la Russie jusqu’au jeudi 7 avril 2022 ». Une consigne formulée « suite à la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine et compte tenu des vives tensions régionales ».

En Ukraine, les combats ont repris de plus belle, alors que de minces espoirs reposent sur l’ouverture de négociations entre la Russie et l’Ukraine à la frontière de la Biélorussie, pays satellite de la Russie. L’Organisation des nations unies (ONU) a dénombré lundi 102 civils tués, dont 7 enfants, et 304 blessés, depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, mais a averti que les chiffres réels étaient « considérablement » plus élevés.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique