Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram en retard pour l’été….

A l’unisson du marché, Fram annonce des prises de commandes en retard de 16% au 20 juin alors que les départs de l’hiver, grâce aux VDM, se sont finalement contentés d’un retrait de 8%.

Comment va se terminer l’été et les VDM permettront-elles de sauver le mois de juillet? Bien malin qui pourrait le dire et certainement pas Antoine Cachin,  président du Directoire de Fram qui avoue n’avoir aucune visibilité et ne se risque donc à aucun pronostic. Seule certitude, au 20 juin, le retard des prises de réservations est important (-13% pour Fram, -17% pour Plein Vent , -16% au global) et ne sera certainement pas comblé même si les ventes de dernière minute (pour le mois en cours et le suivant) ont permis, depuis le début de l’année, de terminer chaque mois mieux que prévu. Leur part a représenté jusqu’à 47,5% en février et Antoine Cachin table sur 35% en juin. Parmi les produits qui résistent le mieux à la morosité , les Framissima (en recul de seulement 3%), les Frameco, à l’étal, et les circuits qui ont chuté d’un petit 10%. Encourageant, les ventes France (à laquelle Fram dédie une brochure pour la première fois cet été) sont, elles, en progression de 29%, certes avec de plus petits volumes et à périmètre différent de la saison estivale 2008. Cet été, appréhendé comme incertain, fait suite à un hiver décevant mais qui aurait pu être pire avec des départs en recul de seulement 8%, sauvés par les VDM. Fram est une entreprise solide, rappelle Antoine Cachin qui présentait hier les résultats de l’exercice 2007-2008 clos au 31 octobre dernier. L’activité tour-operating du groupe (hors Plein Vent racheté en 2008) s’est soldée l’année dernière par un chiffre d’affaires de 436M€ (+4%) pour  525 000 clients, avec un résultat net de 6,6M€ (7 M€ en 2006-2007). Parmi les motifs de satisfaction du groupe (489M€ de chiffre d’affaires consolidé, +2%), la résistance justement du tour-operating, qui a contribué pour 1,1M€ au résultat d’exploitation malgré les hausses carburant qui ont plombé le 4eme trimestre, les bons résultats de l’hôtellerie (3,1M€) et surtout le retour en positif de la distribution (0,4M€), le réseau maison d’agences de voyages (58 points de ventes et 155 Ambassades qui représentent plus d’un tiers des ventes) ayant bénéficié d’un plan de rédéploiement. Au global, le résultat d’exploitation du groupe s’affiche à 4M€. Nous ne faisons la mariée belle pour une vente a tenu à préciser Georges Colson, président du Conseil de Surveillance du groupe. Le sujet n’est pas à l’ordre du jour, ce n’est d’ailleurs pas le bon moment pour vendre, même si tout peut arriver et que l’actionnariat reste, c’est vrai, divisé.