Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fichage ethnique : le tourisme au banc des accusés

SOS Racisme a remis au gouvernement un rapport sur le fichage ethnique de nombreuses entreprises, dans lequel il épingle Air France et Eurodisney.

L’association SOS Racisme a porté plainte en 2008 contre la compagnie aérienne française, lui reprochant de pratiquer une « typologie raciale » de ses hôtesses et stewards, travaillant notamment sur les « vols spéciaux ». Dans les fiches de candidature seraient précisées leurs origines ethniques : Africain, Antillais, Asiatique, Eurasien… L’association de lutte contre le racisme a également saisi la Cnil et l’inspection du travail à ce sujet. Réponse d’Air France : la Cnil, qui avait été saisie, « a reconnu qu’Air France n’avait pas méconnu la loi du 6 janvier 1978 dans la mesure où le fichier lui avait été déclaré, et où le consentement express des salariés était recueilli en toute connaissance de cause ». Néanmoins, « afin de faire taire toute polémique, le groupe a décidé de supprimer les données sensibles qui figuraient initialement dans le fichier. Cette modification a été déclarée à la Cnil le 8 septembre, indique la direction. Dans son récent rapport sur le fichage ethnique remis au gouvernement, SOS Racisme accuse aussi Eurodisney de pratiquer le fichage ethnoracial de ses salariés. Un huissier s’est rendu le 4 novembre à Marne-la-Vallée pour procéder à des vérifications, suite à une injonction du tribunal de grande instance de Meaux, demandée par l’association. « L’huissier a pu constater que nous n’avons aucun document comportant de telles catégories ou informations » et « l’ensemble des éléments demandés a été communiqué, nous n’avons rien à cacher », se défend la direction. Très remonté, le parc de loisirs dénonce « une campagne médiatique de SOS Racisme » à son encontre. Il estime, au contraire, que la diversité des salariés fait partie de ses principes fondateurs. 24 % de ses salariés sont étrangers (dont 36 % hors Union européenne), souligne son bilan social 2008. Ce qui représente 100 nationalités sur le site de Marne-la-Vallée, et 19 langues parlées.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique