Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Eric Biard (Island Tours) : « C’est le bon moment pour visiter l’Islande »

Les vols vers l’Islande reprennent dès la mi-juin. Une bonne raison pour faire le point avec Eric Biard, co-fondateur du voyagiste spécialiste de la destination.

L’Echo touristique : L’Islande a été relativement épargnée par la pandémie de Covid-19, et fait des appels du pied pour que les voyageurs européens viennent visiter l’île cet été. Le pays est prêt ?

Eric Biard : Le pays a décidé d’ouvrir ses frontières à partir du 15 juin… sous conditions. Il faut aussi que les autorités françaises autorisent de nouveau la sortie du territoire, et que les vols vers l’Islande reprennent. Mais, sur tous ces points, nous allons dans le bon sens (Transavia reprendra ses vols depuis Nantes le 29 juin et Orly le 26 juin; Icelandair depuis CDG le 16 juin, NDLR). D’autant plus qu’en Islande, la pandémie n’est absolument pas palpable. Les cas de contamination et les décès sont très peu nombreux, la population a été largement testée, et a téléchargé l’application de tracking qui permet de suivre la progression de l’épidémie sur l’île.

L’Islande a en effet « bonne presse » dans le paysage touristique post Covid-19…

Eric Biard : Et c’est une tendance que l’on peut confirmer, quand on voit les prises d’informations et les demandes de devis arriver depuis le début du déconfinement en France. En Islande, il n’y a pas eu de confinement. Des restrictions concernant les rassemblements ont été prises, les bars, les restaurants, les piscines ont fermé leurs portes, mais tous ces établissements ont rouvert le 24 mai. Le port du masque n’est pas obligatoire, et aucune règle de distanciation sociale particulière n’a été décidée. Le pays maîtrise largement l’épidémie dans ses frontières. C’est le bon sens qui prime, avant tout. Et l’Islande, c’est le pays du plein air.

C’est-à-dire ?

Eric Biard : C’est-à-dire que même pendant la plus forte saison touristique, il n’est pas difficile de conserver ses distances. Les opérateurs d’excursions (visite de glaciers, sortie en mer pour observer les baleines, …) ont toujours travaillé avec cette notion. C’est vraiment le moment d’aller visiter l’Islande : l’île ne sera que très peu fréquentée, et les conditions sanitaires sont garanties. Même si nous ne nous attendons pas à un afflux massif de touristes français. A titre de comparaison, nous envoyons entre 1 500 et 1 800 clients en Islande chaque été. Cette année, et en tenant compte des reports de voyages prévus au printemps, nous pensons convaincre 200 à 300 clients. Mais les demandes d’informations sont désormais quotidiennes.

On ne part pas en Islande en dernière minute ?

Eric Biard : Un voyage en Islande, c’est souvent un projet, avec un certain coût. Ceux qui devaient partir ce printemps voudront partir cet été. Mais les autres, comme nous, pensent plutôt à l’automne, voire à la saison hivernale. Nous sentons que le besoin de voyager est réel. Nous allons donc bientôt présenter notre production, que nous avons pensé en tenant compte de tous ces éléments. Par exemple, vu que les familles ont envie de se retrouver après ce confinement, nous allons mettre en brochure des locations de maisons avec jacuzzi et voiture, permettant ainsi une plus grande autonomie. Nous allons aussi élargir notre offre pour les fêtes de fin d’année, jusqu’ici concentrée sur la capitale, Reykjavik. Nous attendons vraiment la relance pour l’automne. Comme pour tout le monde, l’année 2020 sera difficile, mais depuis notre création, il y a 20 ans, nous avons toujours été prudents, ce qui nous permet de la traverser l’esprit serein.

*Des tests seront proposés aux principaux points d’entrée dans le pays (aéroport de Keflavík et port de Seyðisfjörður). Gratuit pendant 15 jours, ces tests seront facturés 15 000 couronnes islandaises à compter du 1er juillet, soit près de 100 euros. Les enfants nés après le 1er janvier 2005 ne sont pas concernés par ces mesures. Plus d’informations en cliquant ici (en anglais).

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique