Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Dubaï, la ville des mille et une folies !

Monique Fourchon, directrice de Gif Evasion Voyages (Afat Voyages) à Gif-sur-Yvette, a redécouvert Dubaï lors d’un éductour organisé par STI Voyages.

J’étais allée à Dubaï il y a une dizaine d’années. Je n’ai presque rien reconnu ! Le voyage organisé par STI Voyages m’a donné l’impression d’assister à la naissance d’une ville, un New York dans les sables… Après un vol de nuit sur Air France, nous avons débarqué presque frais à l’hôtel Hyatt Regency. Récemment rénové et accolé à une patinoire (!), il offre un excellent confort. Et sa situation, près du centre-ville, convient parfaitement aux voyageurs d’affaires. Le récent Park Hyatt, à proximité du golf, est toutefois plus chaleureux, à la fois charmant et tendance dans les matériaux utilisés. Un vrai petit bijou.

Notre première étape nous a conduits dans le petit centre historique, pour une promenade de deux heures. Le musée installé dans le fort Al-Fahidi, érigé en 1787, reconstitue de façon ludique des scènes de la vie bédouine et rappelle combien la ville a changé ! C’est en abra, un bateau taxi, que nous avons ensuite traversé le bras de mer baptisé Dubaï Creek, pour gagner l’autre rive. L’occasion de nous immerger dans une agitation plus pittoresque, avant de rejoindre le souk des épices et ses effluves de cardamome, puis le fameux souk de l’or. On y déambule en croisant des hommes vêtus de la gandoura (la longue robe blanche traditionnelle) et des femmes voilées. Même si de nombreuses jeunes filles ont adopté un look occidental.

Descente en 4×4 sur des dunes gigantesques

Le lendemain, c’est dans un minibus heureusement climatisé (il faisait 40° dehors), que nous avons pris la direction du quartier de Jumeirah, qui borde la côte. Une balade étonnante au milieu de dizaines de gratte-ciel en construction (dont l’un sera, paraît-il, le plus haut du monde), jusqu’au Malls of Emirates. Une incroyable piste de ski couverte, avec ses télésièges, a été construite dans ce centre commercial. Un peu too much à mon avis. A l’intérieur, la température flirte avec le zéro ! Je me suis donc contentée de regarder le spectacle depuis les baies vitrées de l’hôtel Kempinski, très tendance avec son style épuré. Dommage qu’il soit coincé dans un noeud autoroutier, un peu loin de la plage.

Le contraste avec notre périple dans le désert, à une heure de route, n’en fut que plus étonnant. L’occasion de se faire peur, en dévalant en 4×4 des dunes de plusieurs dizaines de mètres de haut. En revanche, j’ai été déçu par le campement qui nous accueillait pour le dîner, en particulier son spectacle de danse trop touristique.

Notre dernier jour fut l’occasion de découvrir un nouveau monde ! Comment ne pas être ébahi par le champ de grues autour de la future marina de Dubaï. Pour certains hôtels tout proches, comme le Habtoor, le Meridien ou le One & Only Royal Mirage, mieux vaut prévenir les clients des éventuels désagréments.

Du kitsch très classieux !

Le Madinat Jumeirah et le Burj al-Arab, sont plus au calme. Le premier est un véritable resort, encerclé par 3 km de canaux sur lesquels on se déplace en bateau ! Les nombreuses activités et son décor façon Mille et Une Nuits en font un excellent port d’attache pour les familles. Rien à voir avec le luxe du Burj voisin, dont l’architecture en forme de voile est devenue l’emblème de Dubaï.

Cet hôtel résume la démesure de la ville, avec son atrium gigantesque, la décoration à la fois kitsch et classieuse de ses chambres. Un vrai mirage de milliardaire ! Et du restaurant panoramique, on peut découvrir les prochaines folies de Dubaï : les Palms, ces îles artificielles en forme de palmiers, qui hébergeront bientôt des dizaines d’hôtels !

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique