Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Destinations, taux de départ, budget : les vacances d’été 2022 des Français

Près de trois Français sur quatre prévoient de partir en vacances cet été, selon une enquête Ipsos pour Europ Assistance.

Un taux record de départ

Le Travel Revenge bat son plein, selon le 21e baromètre annuel des vacances réalisé par Ipsos pour Europ Assistance. Environ 74% des Français interrogés* ont l’intention de partir en vacances cet été.

« C’est le taux le plus élevé des 15 dernières années », souligne Francine Abgrall, directrice voyage d’Europ Assistance France. Un pourcentage qui dépasse les projections établies par d’autres cabinets d’études, s’appuyant sur une méthodologie différente.

La France, en tout premier lieu

Sans surprise, comme chaque été, la France concentre la majorité des suffrages (56% des partants, comme en 2019). Par conséquent, la voiture constituera le moyen de transport privilégié pour 73% des vacanciers français (vs 22% pour l’avion). Et ce, malgré la hausse du prix du carburant.

Francine Abgrall

« Les Français veulent majoritairement partir sur le littoral, rappelle Francine Abgrall. Les régions les plus plébiscitées sont la Provence Alpes Côte d’Azur, l’Occitanie, la Nouvelle Aquitaine. » C’est donc les pieds dans l’eau, en famille, que nos compatriotes se projettent. « La campagne est un peu moins prisée que pendant la crise du Covid-19. » 

Dans les grandes lignes, les tendances 2022 rejoignent celles du « monde d’avant ». Environ 40% des candidats au départ comptent partir à l’étranger, contre 42% en 2019. L’Espagne arrive en tête (avec 15%), suivie de l’Italie (8%), du Portugal (5%), de la Grèce (4%).

Un budget qui diminue versus 2019

Quid du budget ? La somme accordée par les Français aux vacances d’été 2022 progresse de 11% par rapport à 2021 (à 1 806€) pour une durée de vacances similaire (2,1 semaines). En revanche, cette enveloppe reste en retrait d’environ 400 euros en comparaison avec le budget 2019 (2 201 euros). « L’inflation a une incidence sur les budgets », commente Francine Abgrall. « Les craintes liées à la hausse des prix ont remplacé celles liées à la crise sanitaire. »

Autre point qui intéressera au premier chef les professionnels du tourisme : 23% des personnes interrogées n’avaient pas encore choisi leur destination lors du sondage (contre 19% en 2019), mené du 26 avril au 16 mai. Et surtout, 55% des vacanciers français n’avaient pas encore réservé. L’été se fera aussi en dernière minute… pour peu qu’il reste des disponibilités.

*Sondage réalisé en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 100 personnes (méthode des quotas) dans 15 pays dont la France, du 26 avril au 16 mai 2022.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique