Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Delta plus que jamais au bord du gouffre

Du fait de l’aggravation de ses problèmes financiers, la compagnie partenaire d’Air France pourrait être placée en redressement judiciaire avant la fin de l’année.

Après United, US Airways et peut-être bientôt Northwest, c’est au tour de Delta d’envisager de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites (l’équivalent de notre redressement judiciaire), alors qu’elle s’enlise dans la crise financière. La direction de la compagnie a reconnu qu’elle avait atteint un niveau de liquidités inacceptable avec 1,7 milliard de dollars à fin juin, alors qu’elle va devoir faire face d’ici au 31 décembre à des obligations courantes qu’elle évalue à 2 milliards de dollars.

Pas de modification des vols

Depuis l’automne 2004, la partenaire américaine d’Air France dans Skyteam s’est lancée dans un vaste plan de restructuration. Au prix de difficiles négociations, elle a pu obtenir de ses employés une réduction salariale de 1,1 milliard de dollars et la suppression de 7 000 emplois pour atteindre 5 milliards d’économie en 2006. Le plan est réalisé à 85 %, explique la direction commerciale France de Delta, qui précise que, dans tous les cas, aucune modification n’est prévue sur le programme de vols au départ de France (deux quotidiens vers New York JFK et deux vers Atlanta, un quotidien vers Cincinnati, un quotidien Nice-New York, en plus des vols vers Bombay et Chennai depuis Paris CDG 2E ).

C’est en effet sur leur marché intérieur que les compagnies américaines endurent la plus forte concurrence, notamment de la part des transporteurs à bas coûts. Elles comptent donc sur les marchés internationaux pour soutenir leur activité, malgré la flambée du pétrole. Les prix ont augmenté de 56 % depuis janvier, avec une facture de 1,1 milliard de dollars pour le seul deuxième trimestre, explique la direction de Delta.

Une solution tentante

Même si cela n’est pas bon pour son image, on peut comprendre que Delta soit tentée de se placer sous le chapitre 11, qui la protège de ses créanciers et lui donne un avantage concurrentiel. Alors que United a encore repoussé sa sortie du chapitre 11 malgré un retour aux bénéfices et qu’US Airways vient d’obtenir un feu vert pour son plan de restructuration et sa fusion avec America West…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique