Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Déficit de la SNCF : Le recul du fret n’explique pas tout

Le chiffre d’affaires du transporteur a reculé de 4 % à 11,94 milliards d’euros. Le recul du fret est désigné coupable. Il n’est pas le seul.

 


La SNCF, vient de publier sa première perte nette semestrielle depuis 2003, à -496 ME. Désigné coupable, le fret. Alors qu’elle ne représente que 6% du chiffre d’affaires du groupe, cette activité contribue à 65% à sa perte avec un résultat net négatif de 323 ME au premier semestre. Or, si la SNCF est aujourd’hui dans le rouge, c’est peut-être moins parce que son fret est plombé, que parce qu’elle n’arrive plus à maintenir le rythme de croissance de sa branche voyageurs imprimé depuis quelques années.

Le fret ayant toujours été chroniquement déficitaire, c’était en effet la branche VFE (Voyageurs France Europe) qui comblait le trou depuis six ans. VFE participait l’an dernier par exemple à 93 % du résultat opérationnel du groupe. Tous les espoirs du transporteur résident donc dans sa capacité à remplir ses trains de voyageurs. Mais le chiffre d’affaires de VFE a également reculé de 1,7 % au 1er semestre, en raison « d’une baisse du trafic et de la stagnation du produit moyen, » explique la compagnie ferroviaire.

Pour faire face à la crise, le groupe mise donc sur une intensification des mesures d’économies annoncées fin mai dernier, d’un montant de 1,1 milliard d’euros. « J’aimerais bien faire plus », a lancé David Azéma, le DG délégué aux finances de la SNCF. Les agents de voyages en savent quelque chose, à qui la SNCF a divisé par deux leur rémunération de base, au milieu de l’été, presque en catimini.