Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

D.Cohen (Fram) : Le partenaire idéal est celui qui préservera l’emploi

Fram a besoin de 40 millions d’euros d’ici à la fin de l’année pour faire repartir la machine et investir dans l’avenir. Daniel Cohen, président du directoire, ne doute pas de réussir cette levée de fonds qui mettra à l’abri l’entreprise d’un nouveau PSE.

"Notre priorité, c’est la préservation de l’emploi", répond Daniel Cohen, président du directoire de Fram, lorsqu’on lui demande si Fram pourra faire l’économie d’un nouveau plan social. "Si on ne bouge pas, le PSE actuel ne sera pas suffisant mais nous mettons tout en place pour réussir une levée de fonds d’ici à la fin de l’année. Je sais que des investisseurs sont prêts à mettre au pot. J’ai déjà une dizaine de dossiers. Nous avons un plan de redressement crédible et j’apporte une caution de par mes expériences passées réussies de redressements (Royal Monceau, groupe Partouche, Ndlr)".

La situation financière de Fram "est loin d’être défavorable", assure Daniel Cohen avec certes, 30 M€ de dettes, mais des actifs estimés à 90 M€, et même 130 M€ si l’on en prend en compte la valeur de la marque.

Le retour à l'équilibre en 2015

Le groupe a obtenu par ailleurs du pool bancaire qui l'accompagne le prolongement de la ligne de crédit de 10 M€ jusqu’à la fin de l’année. "Et sur l’exercice en cours, nous allons réduire nos pertes". L’Assemblée générale des actionnaires qui se tient le 20 juin prochain devrait entériner un déficit d’exploitation de l’ordre de 12 à 15 M€ (contre 23 M€ en 2012). "Nous prévoyon le retour à l’équilibre en 2015", annonce Daniel Cohen.

"Pour couvrir les pertes, nous devons céder 20 à 25 M€ d’actifs non stratégiques", détaille  le président du directoire. L’immeuble du siège de Toulouse, rue du Poids de l’Huile, est d’ores et déjà vendu pour 6 M€, de même que la filiale autocar. Restent une quinzaine de millions d'euros à trouver d'ici à la fin de l'année. Les hôtels en propriété en Tunisie mais surtout au Maroc sont donc en ligne de mire, dont les Jardins de l’Agdal à Marrakech.

Internet et l'informatique sont une priorité

"Nous avons par ailleurs besoin de 40 M€ pour investir dans le développement d’Internet, la refonte de nos systèmes informatiques et assurer le besoin de fonds de roulement ", indique Daniel Cohen.

"Les investisseurs qui entreront au capital peuvent avoir tous les profils, industriels, fonds d’investissements, acteurs internet. Le driver, c’est la préservation de l’emploi". Et la condition, la réussite du redressement dont la nouvelle équipe en place est convaincue.

De l'innovation et de l'agilité

"Nous allons être créatifs, avec une dizaine d’annonces produits innovantes prévues d’ici à la fin de l’année", promet Joost Bourlon, nouveau directeur de l’exploitation. Fram va également retravailler la segmentation de ses produits dont la commercialisation sera mieux yieldée. Un responsable Revenue Management est en cours de recrutement.

Une meilleure concertation et anticipation des productions croisées de Plein Vent (la filiale la plus rentable, avec un bénéfice doublé en 2012) et Fram devrait aussi dynamiser la programmation. "Nous allons communiquer à Fram l'agilité de Plein Vent, avec des plans de vols charter qui resteront le chassis commun mais beaucoup de nouveautés", assure Joost Bourlon qui travaillera en concertation totale avec la nouvelle direction commerciale assurée par Eve-Lise Blanc-Deleuze."C'est un electro-choc mais nous allons y arriver grâce à une vision neuve, sans à-priori ni états d'âme", promet-elle.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique