Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram peut encore être sauvé selon Daniel Cohen

Dans une interview accordée aux Echos, Daniel Cohen, président du directoire de Fram, présente sa stratégie et la nouvelle organisation mise en place pour redresser Fram.

Daniel Cohen, arrivé en février dernier aux commandes de Fram, est en train de poser les premiers jalons du redressement de l'entreprise qui passe en premier lieu par un nouvel organigramme. La nomination de Joost Bourlon à la direction de l’exploitation ainsi que de Eve-Lise Blanc-Deleuze la semaine dernière à la direction commerciale groupe s’inscrivent dans cette perspective.

"Ce qui prime, c’est l’opérationnel", explique Daniel Cohen dans une interview aux Echos publiée ce matin. "Au-delà du Directoire qui réunit trois personnes, j’ai tenu à instaurer six directions opérationnelles. Eve-Lise Blanc-Deleuze (…) nous apportera en particulier sa double expertise marketing et économie numérique. La création d’une Direction International, que je dirige en direct, est une autre nouveauté forte qui résulte de ma volonté de dynamiser l’activité dans nos pays d’implantation".

Une situation patrimoniale favorable

Daniel Cohen se dit "très confiant dans le redressement de Fram", et ce pour plusieurs raisons. "Fram a encore 90M€ d’actifs dans son bilan, pour 30 M€ de dettes. Je n’ai jamais vu une situation patrimoniale aussi favorable lors de mes précédentes missions de retournement. En outre, il y a une énorme capacité de mobilisation du personnel, viscéralement attaché à l’entreprise". La notoriété de la marque est un autre point fort.

La feuille de route reste donc celle d’un repositionnement du groupe pour un retour à l’équilibre programmé en 2015. La stratégie pour y arriver passe par une refonte du modèle économique. "Fram comme bien d’autres tour-opérateurs, n’a pas vu venir la concurrence d’Internet", déplore Daniel Cohen qui souhaite que ce canal représente à terme un tiers des ventes.

Une levée de fonds d'ici à la fin de l'année

Fram doit devenir "flexible face à la demande du client et se mettre au yield management pour vendre au meilleur prix, ce qui implique une informatique puissante". Un responsable du yield management pour l’aérien et pour l’hôtellerie est donc en cours de recrutement.

Selon Daniel Cohen, Fram devrait encore subir une perte d’exploitation de 15M€ en 2012 avant éléments financiers exceptionnels, mais "elle devrait être significativement réduite en 2013". Pour ce qui relève du financement de l’entreprise, il est prévu de couvrir les pertes avec" la cession d’actifs non stratégiques". Pour combler ses besoins de trésorerie, Fram a notamment signé un compromis pour la vente de l'immeuble toulousain qui abrite son siège, pour un montant de 6M€.

Pas de nouveau social

En parallèle, le financement des investissements, en premier lieu en informatique et Internet, soit plus d’une dizaine de millions, implique "une levée de fonds avant la fin de l’année auprès de partenaires financiers ou industriels".

Interrogé par les Echos sur un éventuel nouveau PSE, Daniel Cohen assure qu’il n’y en aura pas d’autre."Le redressement est engagé".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique