Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Baromètre du Ceto : le mercure remonte

Les voyagistes membres de l’Association des tour-opérateurs-Ceto ont progressé de 5 % au cours de la saison d’hiver. Mais l’été reste encore à vendre.

Selon le premier baromètre semestriel de l’Association des tour-opérateurs-Ceto, la saison d’hiver 2003-2004 a limité les dégâts. Les TO membres ont fait voyager, de novembre à avril, 2 616 026 clients, soit une progression de 5 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Ce n’est pas un si mauvais résultat, commente René-Marc Chikli, président, même si l’hiver 2002-2003 n’était pas un grand cru, pour cause de guerre en Irak et de Sras. Le nombre de forfaits a progressé de 5,1 % (à 1 850 887 passagers) tandis que les vols secs, avec 765 139 clients, sont en hausse de 4,6 %. C’est le moyen-courrier (+9,5 %) qui a tiré la croissance tandis que la France (qui s’était très bien vendue l’an dernier) s’est contentée d’une hausse de 1,7 %, et le long-courrier de 2,3 %. Parmi les plus belles performances de l’hiver, c’est l’Egypte sans surprise qui remporte la palme, avec une hausse de 67,3 % des ventes de forfaits, suivie par le Mexique, les Maldives et toujours la République dominicaine.

Tout sourit à la Tunisie tandis que l’Italie fait grise mine

A noter aussi parmi les bien portants, la Tunisie (+11,4 %)qui retrouve des couleurs, tandis que le Maroc, première destination moyen-courrier avec 185 918 forfaits vendus progresse encore de 7,8 %. L’Europe du Sud (Italie, Espagne et Grèce continentale) accuse au contraire le coup. Une tendance qui tend a se poursuivre sur l’été. Même déception pour la Turquie, décidément en panne, tout comme les Antilles françaises (-8,1 %), le Sénégal (-2,8 %), Maurice (-7 %) ou la Thaïlande (-14 %).

Alors que juillet paraît mieux engagé qu’août, les TO du Ceto espèrent maintenir sur l’été leur maigre avance. 2004 est encore une année difficile dans un marché hyperconcurrentiel.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique