Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alsace : « Les Sentiers plaisir attirent de nouvelles générations »

Les Sentiers plaisir sont des balades proposées par des habitants de la Vallée de la Bruche, en Alsace. Une idée très actuelle, à l’heure où les questionnements autour du tourisme durable agitent les destinations.

Récompensée par un trophée Horizons, remis par Acteurs du tourisme durable (ATD), l’idée permet de mettre en lumière la stratégie de proximité adoptée par l’Office de tourisme de la Vallée de la Bruche. Entretien avec Anne-Catherine Ostertag, sa directrice.

L’Echo touristique : L’Office de tourisme de la Vallée de la Bruche a remporté un trophée Horizons pour les « Sentiers plaisir ». Comment est née l’idée ?

Anne-Catherine Ostertag (directrice de l’OT) : Les Sentiers plaisir, c’est une centaine de balades gratuites, animées par des habitants de la vallée. Nous en fêtons, cet été, la 34e édition annuelle. Cette réflexion a donc été entamée dans les années 80. Il faut reconnaître que notre vallée ne fait pas partie des hauts lieux touristiques de l’Alsace. Dès lors, on s’est demandé comment nous pouvions faire valoir nos atouts. Nous avons rapidement compris que la richesse de notre vallée, c’était ses habitants. Il nous a paru indispensable, dès le départ, de les embarquer avec nous dans la définition de cette identité touristique. Nous avons un patrimoine composé d’usines textiles, de villas d’industriels, de sanatoriums. Nous avons réussi à raconter cette histoire aux habitants et, ainsi, à les mobiliser. Ce sont eux qui allaient raconter, à nos visiteurs proches et lointains, l’histoire de notre vallée.

Les Sentiers Plaisirs ont-ils évolué depuis leur genèse ?

Anne-Catherine Ostertag : Bien sûr. Les premières balades étaient organisées autour du patrimoine historique : on longeait les frontières avec un ancien passeur, ou de la nature avec un passionné d’ornithologie. Depuis quelques années, de jeunes animateurs nous ont rejoints avec des balades sur le thème de la reconnexion, du bien-être, de l’environnement. C’est notre plus grande réussite : les Sentiers plaisir attirent de nouvelles générations. Certains nous rejoignent pour une balade, un été ou plusieurs années : il n’y a aucune contrainte, à part celle d’être présent au départ d’une balade pour laquelle ils se sont engagés.

Comment pérenniser l’idée d’associer les habitants à la construction d’une identité touristique ?

Anne-Catherine Ostertag : La proximité avec les habitants et les professionnels locaux est essentielle. Ça n’est que plus tard que nous avons compris que cette approche nous permettait de nous démarquer. Nous travaillons par exemple à rendre praticable notre territoire, touristiquement parlant, sans voiture. C’est une stratégie à long terme, qui nous impose de réfléchir à la façon dont nous devons utiliser les infrastructures existantes. Chaque projet est construit avec les habitants. Parce que nous pouvons avoir plein d’idées, mais si nous n’arrivons pas à les embarquer avec nous, comment les mettre en place ? Ce qui est profitable au touriste doit aussi l’être aux habitants.

___________________________________________

Pourquoi le jury des Trophées Horizons a choisi ce projet : pour son lien fort et vertueux avec les habitants, d’autant que les Sentiers plaisir visent aussi les visiteurs locaux. Un projet pérenne depuis plus de 30 ans, preuve de sa pérennité.

 

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique