Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alitalia va supprimer 1 900 postes

La direction de la compagnie aérienne italienne a trouvé un accord avec les syndicats en vue des négociations pour une entrée au capital d’Etihad.

Alitalia est parvenue à un accord avec les syndicats sur les conditions de suppression de l'équivalent de 1 900 postes. La réduction des effectifs faisait partie, avec la renégociation de la dette (plus d'un milliard d'euros), des conditions posées par Etihad pour entrer au capital d’Alitalia.

L’accord, annoncé par des représentants syndicaux et confirmé à l'AFP par la compagnie, prévoit le recours à des mesures de chômage technique par rotation et à des contrats de solidarité pour l'équivalent de 1 900 postes à plein temps, sur environ 14 000 chez Alitalia, ainsi que des programmes de reclassement. Il devrait entrer en vigueur le 1er mars prochain, pour deux ans, après avoir été approuvé par le ministère du Travail.

Etihad envisagerait de monter jusqu’à 49% du capital d'Alitalia

Etihad Airways et Alitalia avaient confirmé début février être entrées dans la "phase finale du processus de vérification en vue d'un possible investissement d'Etihad Airways dans Alitalia". Selon la presse italienne, Etihad envisagerait de monter jusqu’à 49% du capital d'Alitalia, soit un investissement d'environ 400 millions d'euros. Cela permettrait à Alitalia d'éviter de déposer le bilan et de rester européenne. Etihad compte en effet bénéficier de certains avantages liés à son investissement dans la compagnie, dont les droits de trafic.

L'accord conclu avec les syndicats n'est qu'un premier pas

"Je pense que d'ici quelques semaines nous devrions passer à la rédaction d'un plan conjoint pour les 5 années à venir", a expliqué l'administrateur délégué d'Alitalia, Gabriele del Torchio, à la presse italienne. La suppression de 1900 postes et l’entrée au capital d’Etihad pourraient permettre à Alitalia, en difficulté financière, d’obtenir un sursis. Mais ces mesures ne suffiront pas pour que la compagnie retrouve le chemin de la rentabilité.

Gabriele del Torchio a ainsi expliqué que l'accord conclu avec les syndicats était "un premier pas", mais qu’il devra être suivi d'un autre "sur le coût du travail

Air France-KLM restera un partenaire commercial

Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM, dont la part dans Alitalia est descendue de 25% à environ 7% suite à son refus de participer à une récente augmentation de capital, restera actionnaire d'Alitalia, a estimé M. del Torchio. "Il y a des accords de long terme, celui de partenariat commercial dure jusqu'à 2017. Nous avons parlé avec eux, nous n'aurons pas de problèmes", a-t-il assuré.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique