Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alain de Mendonça (Fram) croit « en une forte reprise à partir de mai 2022 »

Dans quel état d’esprit sont les tour-opérateurs, alors que les variants Delta et Omicron inquiètent pour différentes raisons ? Une table ronde réunissant 10 voyagistes au congrès Selectour a donné des éléments de réponse.

« Je suis très optimiste sur une forte reprise à partir de mai 2022 », a déclaré Alain de Mendonça, le président de Karavel et de Fram. Comme souvent, les échéances électorales devraient créer un certain attentisme.

« Nous aurions pu avoir un bon hiver, a-t-il ajouté. Malheureusement, le Delta, c’est viral. Mais plus viral que le Delta, c’est la connerie des gens qui ne se font pas vacciner », a-t-il ajouté. « Et comme le disait très bien le ministre de la Santé en Allemagne, à l’issue de l’hiver, les gens seront seront vaccinés, guéris ou morts. »

Alain de Mendonça s’exprimait lors d’une table ronde réunissant 10 voyagistes, essentiellement français, alors que le marché était autrefois dominé par le tandem TUI-Thomas Cook, a-t-il relevé.

Gare aux semaines de 5 jours

Comme nombre de ses confrères présents, il parie sur l’hôtel-club, un produit « adapté à la clientèle francophone », qui bénéficie « d’un bon taux de satisfaction ». Un produit aussi sur lequel les grandes plateformes ne se positionnent pas. Booking continue toutefois sérieusement d’inquiéter, notamment depuis l’acquisition d’un spécialiste de la réservation en ligne de billets d’avion, eTraveli.

Le produit club, une valeur sûre, donc, mais qui ne doit pas être dégradée au niveau de ses prestations. Tout en vantant les atouts de la technologie permettant de diffuser les offres TO, Patrice Caradec a mis en garde contre des pratiques trompeuses sur le marché. Le président d’Alpitour France a évoqué les fausses semaines, qui durent 5 jours au lieu de 7, et ressortent ainsi à des prix attractifs par rapport à la concurrence. Sans parler des forfaits tout inclus… ne comprenant pas tous les bagages, raille Patrice Caradec.

Un virage vers la France

Pour l’heure, la reprise n’est simple pour personne, et amène à de nouvelles réflexions. Asia, par exemple, a décidé de poursuivre son accord avec son confrère Intermèdes, pour commercialiser la France et l’Europe.

Alors que nous rentrons dans la cinquième vague, l’Hexagone semble promis à une belle année 2022. Les agences de voyages l’ont bien compris. Selectour est le réseau qui a le mieux « opéré le virage vers les ventes en France », a souligné Ludovic Esteves, assure directeur des ventes indirectes de Belambra.

Les voyagistes présents ont évoqué d’autres sujets d’importance : le B2B, la RSE, la personnalisation, les préoccupations sanitaires, la nécessaire montée en gamme, la perte de compétences, la diversification géographique, la technologie. Parmi eux figuraient aussi Costa, Héliades, Voyamar/Marietton, MSC Croisières, La Compagnie du Ponant, Travel Europe, Visiteurs.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique