Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Agences de voyages, événementiel : des aides aux coûts fixes sont accordées en décembre

Le gouvernement accorde des aides aux coûts fixes, dans des conditions plutôt strictes. Les Entreprises du Voyage se montrent en partie satisfaites de l’ensemble des nouvelles mesures d’accompagnement annoncées aujourd’hui.

Face à la crise sanitaire et aux restrictions prises en conséquence, les secteurs des agences de voyages, de l’événementiel, des traiteurs et des entreprises de loisir indoor connaissent un ralentissement de leurs activités, reconnaît Bercy.

Par conséquent, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et le ministre délégué au Tourisme et aux PME Jean-Baptiste Lemoyne annoncent un soutien spécifique pour les entreprises de ces secteurs,  après une consultation des acteurs.  

Perte d’au moins 50% de l’activité

Pour le mois de décembre, « les entreprises les plus affectées par la situation sanitaire pourront bénéficier du dispositif ‘coûts fixes’ dès lors qu’elles perdent plus de 50% de leur chiffre d’affaires et qu’elles connaissent des pertes d’exploitation (EBE négatif) », explique un communiqué du 21 décembre.

Ce mécanisme compensera 90% (70% pour les entreprises de plus de 50 salariés) de la perte d’exploitation, ajoute le ministère de l’Economie. Le montant des aides perçues par les sociétés à ce titre demeure plafonné à 12 millions d’euros par groupe sur toute la durée de la crise.

Comme nous l’avons déjà annoncé, l’activité partielle avec un reste à charge nul demeure accessible à ces entreprises dès 65% de perte de chiffre d’affaires.

Ces entreprises peuvent toujours bénéficier de certains dispositifs en place, notamment les prêts garantis par l’Etat, les plans d’apurement de dettes de cotisations sociales et le fonds de transition, est-il ajouté.

La réaction des EdV

Nous avons interrogé Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV), pour recueillir sa réaction sur ces nouvelles annonces. Les agences de voyages sont « identifiées comme l’un des quatre secteurs qui subissent les conséquences de la crise sanitaire », se réjouit-il.

« Les annonces répondent en partie à nos demandes, notamment le dispositif d’aides aux coûts fixes, ajoute Jean-Pierre Mas. Elles semblent aussi répondre à notre souhait d’un nouveau report des charges sociales qui arrivent à échéance. Mais Bercy ne répond pas à toutes nos demandes, notamment celle concernant l’exonération des charges sociales. Beaucoup de salariés travaillent pour accomplir des tâches non productives comme des annulations et des reports. »

Les EdV et le Seto vont donc reprendre leur bâton de pèlerin au cours des prochaines semaines, afin d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs attentes.

La problématique des Outre-mer

Les Entreprises du Voyage songent aussi aux difficultés des entreprises installées dans les Outre-mer, comme les Antilles et La Réunion.

Pour mémoire, alors que la mesure a été levée dans l’Hexagone, le préfet de La Réunion maintient l’île Maurice en « rouge écarlate ». Les voyages touristiques ne sont donc pas autorisés entre les deux îles.

A lire aussiJean-Baptiste Lemoyne/Omicron : « On ne laissera tomber personne »

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique