Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Acheter des fans : gare aux arnaques

L’achat de fans est une question spécifique qui constitue un phénomène assez nouveau,  encore peu traité. Les entreprises de tourisme, tentées par des pages « Fan de » ou des Groupes Facebook sont directement concernées par ces questions liées au e-commerce, et plus particulièrement au « F-commerce » sur Facebook.

Facebook, côté en bourse, est devenu incontournable en termes de plateforme de réseau social. Avec environ 900 millions de membres, ce réseau favorise le développement de nouvelles stratégies commerciales avec l’exploitation d’une mine d’informations concernant les profils des utilisateurs. Il était alors évident que les commerçants s’y intéresseraient de près : il y a donc de plus en plus de publicités ciblées.

Les utilisateurs sont attachés aux pages « fan » (les pages « likées ») car plus il y a de fans, plus la page du commerçant devient intéressante, et rend le commerçant lui-même davantage crédible.

Certains sites Internet proposent donc aux personnes désireuses de booster leur page Facebook, souvent des commerçants, d’acheter des fans, membres non actifs de Facebook : il n’y aura donc pas d’interaction sur la page concernée avec ces fans.

Surtout, il semblerait que le « fan », vrai utilisateur de Facebook, n’ait pas donné son accord pour être « fan » de la page concernée.

Or la CNIL, par exemple, dénoncerait sûrement ce système qui n’est pas légal, puisqu’il y a utilisation de fichiers et de données personnelles à des fins commerciales ou publicitaires sans l’accord de l’intéressé. On pourrait également considérer qu’il y a usurpation d’identité (infraction pénale) voire piratage de la page des fans concernés.

D’ailleurs le site www.acheter-des-fans.com indique clairement  : « un jour il ne sera peut être plus possible d’utiliser cette méthode, alors dépêchez-vous ! Nous vendons donc clairement de la poudre aux yeux mais si cela vous permet de convaincre indirectement un client ou un partenaire de travailler avec vous, où est le mal? ».

En réalité,  le mal est :

– d’une part de faire liker une page Facebook par un fan qui ne l’a pas lui même décidé,

– d’autre part de tromper les utilisateurs de Facebook qui visitent la page et pensent à tort que la page – et le commerçant – est très appréciée.

En fait, il me semble que ce service ne pourrait être légal que si l’utilisateur devient fan d’une page s’il a décidé lui-même, en se basant sur le contenu. L’utilisateur de Facebook doit pleinement disposer de son libre arbitre et ne doit pas être contraint dans ce choix : il pourrait cependant y être incité, voire en être récompensé par un « agrégateur » de fans, qui revendrait alors les « like » obtenus.

Avantages et risques :

Sans doute qu’un nombre élevé de fans « fictifs » car non actifs (mais les autres utilisateurs n’en ont pas connaissance) peut influencer les autres utilisateurs et faire naitre un intérêt pour la société, le produit ou le service mis en avant sur la page concernée.

Cela peut probablement booster les ventes mais cela reste une probabilité, sans aucune garantie d’augmentation de fans vraiment actifs et encore moins de chiffre d’affaires (cette méthode n’est pas créatrice de valeur et ne repose sur aucun engagement réel de la part de ces fans).

Le nombre de fans n’est qu’un indicateur et permet effectivement de contribuer à l’augmentation de la notoriété d’une entreprise sans toutefois être un élément décisif sur les achats.

Gagner le maximum de fans est un des principaux objectifs en terme de « social marketing », ce qui est légitime. Mais  »acheter » des fans sans leur accord afin de se bâtir une crédibilité factice pourrait à terme être préjudiciable à l’entreprise, en terme de « e-réputation » notamment.

Ce sujet est donc très controversé. A ma connaissance, aucun utilisateur ne s’est retourné contre ce genre de site qui propose de tels services pour avoir trompeusement utilisé son profil pour liker une page… La possibilité de ne plus liker, en décochant la page, est une méthode rapide pour mettre un terme à la pratique mais sait-on jamais, des concurrents par exemple pourraient dénoncer la pratique.

Emmanuelle Llop, avocate, Equinoxe Avocats

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique