Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

3 Khor Virap, Geghard et Garni

Mémoires de pierres

Érigé sur un tertre émergeant au milieu des vignobles et des vergers, le capuchon enneigé du mont Ararat en toile de fond, le monastère de Khor Virap incarne une image d’Épinal de l’Arménie. Il en est aussi l’un de ses symboles : précurseur du christianisme, Grégoire l’Illuminateur y mijota treize ans dans une oubliette, avant d’en être extrait pour sauver la vie du roi Tiridate III, qui, du coup, se convertit à la nouvelle religion et tout son peuple avec lui. Ceux qui viennent un jour de grisaille se consolent de l’absence de panorama en frissonnant devant la « fosse profonde » (signification de Khor Virap) du martyr devenu la figure fondatrice du premier État chrétien au monde.

On retrouve Grégoire au monastère rupestre de Geghard, tout proche, qu’il aurait fondé. Son aspect actuel doit plus au XIIIe qu’au IVe siècle : chapelles troglodytiques et dentelles de pierre, source miraculeuse et pèlerins fervents, c’est un lieu mystique.

Ambiance plus légère au temple de Garni, posé en surplomb de la rivière Azad. L’unique monument de style hellénistique du pays ayant survécu à la christianisation est dédié à Mithra, un dieu d’origine indo-iranienne. Relevé dans les années 1970 après un séisme, le temple en basalte a été un peu trop reconstruit. Débute alors un solo de doudouk, sorte de flûte à la sonorité douce et mélancolique, qui fait vibrer les vieilles pierres et taire les esprits critiques…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique