';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyageurs du monde en pleine forme

Le groupe, introduit en bourse l’été dernier, affiche une croissance de son chiffre d’affaires de 11%, pour des bénéfices quasi stables. Pour le directeur général Alain Capestan (notre photo), l’avenir passe notamment par l’ouverture de nouvelles agences

Le groupe Voyageurs du Monde, qui distribue uniquement en direct (via ses propres agences et sur internet) sa production, a réalisé une bonne année 2006. L’an dernier, le voyagiste a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires de 11%, à 191 millions d’euros, dans un marché globalement stable. Dans le détail, la marque Voyageurs du monde progresse de 7% (108,4 M€), Terres d’Aventure s’envole de 16,1% (38,8 M€), alors que Comptoir des voyages croit de 11,2% (21,9 M€) et Nomade Aventure de 18% (17,8 M€). Le résultat d’exploitation du groupe progresse de 6,3% (4,89 M€) alors que le bénéfice net reste quasi stable (3,05 M€) , soit 1,6 % du chiffre d’affaires, ce qui demeure l’un des meilleurs ratios de la profession.  
L’année dernière a été marquée par l’ouverture de quatre agences (alors que le rythme moyen est de 1 à 2 nouvelles agences par an), avec à la clé plusieurs millions d’euros d’investissements, ce qui explique cette stagnation des bénéfices. Le groupe, qui distribue ses produits uniquement en direct, a inauguré trois Cités des Voyages à Bordeaux, Rouen et Nantes, qu revendent les marques Voyageurs et Terres d’Aventure. Il a par ailleurs ouvert une première agence en province, à Toulouse, pour distribuer les produits Comptoir des Voyages et Nomade Aventure, qui ciblent une autre clientèle. Parallèlement, Voyageurs du monde a poursuivi ses investissements dans l’hébergement, avec l’ouverture en novembre dernier de la Villa Bahia à Salvador de Bahia (Brésil), sa montée à 100% dans le capital du bateau égyptien Sudan et la construction d’une dahabieh (bateau à voile), toujours en Egypte. Sans oublier l’achat de murs pour un futur hôtel à Rio.   
Ces investissements, rendus notamment possibles par l’introduction en bourse d’une partie minoritaire du capital l’été dernier (le cours de bourse a progressé de 31% depuis cette date), vont se poursuivre dans les prochaines années. Nous ouvrons une Cité des Voyages à Montpellier dans une quinzaine de jours explique Alain Capestan, directeur général. Nous devrions également signer pour un local à Bruxelles dans les prochains jours, ce qui constituera notre première agence à l’étranger, sans doute pour début 2008. Enfin, nous sommes toujours à la recherche d’un emplacement à Strasbourg. Nous avons identifié un local et pourrions ouvrir en 2008. 
Parallèlement, le groupe entend se développer dans les villes de taille moyenne, avec un concept d’agences plus petites, d’environ 500 m2, pour vendre ses marques Voyageurs et Terres d’Aventure. Pour Comptoir et Nomade Aventure, la création d’un second réseau parallèle est annoncé, après une première ouverture à Toulouse. Des projets pourraient aboutir à Lyon, Marseille et Lille d’ici 2009. Au total, pour les deux réseaux, nous visons une trentaine d’agences à terme explique Alain Capestan. En attendant, Terres d’Aventure va déménager du 5ème arrondissement parisien en mai pour rejoindre la rue Saint Augustin, où seront regroupés deux sites sur 600 m2, dégageant du même coup de la place pour la marque Comptoir des Voyages.
Enfin, Alain Capestan a confirmé que Voyageurs n’excluait pas des rachats en fonction des opportunités du marché, mais toujours sur le corps business, en particulier le voyage d’aventure, en France comme à l’étranger.  En revanche, les diversifications d’activité se feront en interne, à l’image de la plongée, qui dispose d’une brochure dédiée depuis deux ans qui a généré un chiffre d’affaires de 2 M€ en 2006. Depuis le début de l’année, le groupe affiche une croissance de 15% de ses ventes et demeure optimiste pour l’année en cours, les ouvertures en province (28,9% de l’activité en 2006 contre 22,5% en 2004) devant doper de manière sensible son développement, tout comme les ventes sur internet (de 22 à 32% du chiffre d’affaires selon l’activité actuellement).           

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire