Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages scolaires : un collectif exige « l’état d’urgence économique »

Le Collectif des agences de voyages scolaires, qui réunit plusieurs acteurs de ce segment*, demande que l’Etat mette en place « un véritable plan de soutien à la hauteur de l’état d’urgence économique » qu’ils vivent.

« Plusieurs milliers d’entreprises se dirigent vers la liquidation et plusieurs millions d’emplois sont directement menacés », explique le collectif. « Le secteur du voyage et du tourisme ne peut plus se satisfaire d’un pilotage à vue, il est maintenant temps de prendre des mesures adaptées, efficaces et pérennes pour éviter une catastrophe économique imminente ».

Le collectif suggère donc plusieurs mesures qui viseraient à les soutenir. D’abord, le plan imaginé par les professionnels du voyage scolaire « repose sur une condition de viabilité financière antérieure pour les entreprises bénéficiaires (au moins 2 bilans positifs sur les 3 derniers et une situation globalement positive au cumul) ». Il tient en plusieurs points : maintien de la prise en charge du chômage partiel à 100 % ; exonération des cotisations patronales ; report des décisions de rétrocessions des PGE jusqu’en décembre 2021 et prise en charge des frais fixes des entreprises (avance sur prévisionnel à 4 mois, dépenses contrôlées sur justificatifs et comparaison avec l’année n-2).

« Si rien n’est fait, c’est un million de chômeurs »

« C’est directement inspiré de ce qui est déjà en place pour nos homologues en Allemagne, un pays dans lequel le secteur du voyage et du tourisme représente quasiment la même part du PIB et le même nombre d’emplois », calcule le collectif, pour qui, « si rien n’est fait, c’est plus d’un million de chômeurs en plus ». Également inquiété par « l’absence quasi-totale d’uniformisation au niveau européen sur aucun des sujets concernant de près ou de loin le secteur du voyage et du tourisme », le collectif répète son inquiétude.

Par ailleurs, la « lueur d’espoir » allumée par Jean-Baptiste Lemoyne à la dernière assemblée générale des Entreprises du Voyage (EDV), « est totalement déconnectée de la réalité professionnelle et sanitaire : tous les voyages scolaires prévus pour l’automne et l’hiver ont déjà été annulés et, comme tout indique une large reprise de l’épidémie en France et dans de nombreux pays, on ne compte plus les directives d’interdiction de voyages scolaires prononcées par les recteurs et préfets », note le collectif. De plus, la « fiche repère » promise pour la mi-septembre « n’a toujours pas été diffusée ».

Autant d’éléments qui font que le collectif « exige » désormais que l’Etat « décrète l’état d’urgence économique pour leur secteur d’activité. « Il est maintenant temps de prendre des mesures adaptées, efficaces et pérennes pour éviter une catastrophe économique imminente ».

*Le collectif des agences de voyages scolaires et linguistiques fédère Horizons du Monde, Merveilles du Monde, PG Trips, Vivalangues, Ados Voyages et Unisco.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique