Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages, restaurants, cinémas : Jean-François Rial milite pour un certificat sanitaire unique

Le patron de Voyageurs du Monde poursuit ses réflexions sur le certificat sanitaire digital et son périmètre idéal.

« Le débat sur le passeport vaccinal/certificat de santé me semble confus », explique en préambule Jean-François Rial dans une série de tweets.

« On sait qu’il est impossible que tous les pays se mettent d’accord. La solution est ailleurs », poursuit le PDG de Voyageurs du Monde, également vice-président du Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto). Pour lui, il faut « créer un outil qui collecte électroniquement toutes vos données sanitaires ». Comprenez les vaccins, la sérologie, les tests, avec les dates correspondantes. « Ainsi ce ‘certificat sanitaire électronique’ sera un outil de fluidité adaptable à chaque politique sanitaire. » Et de préciser : « Un outil et NON une politique qui reste de la compétence des Etats. » Il s’agirait d’une solution « unique », donc, utilisée « aussi bien pour les pays qui exigent un test PCR, que pour ceux imposant la vaccination ou une sérologie positive. Pour des pays comme pour des restaurants, cinémas,… » Des lieux donnés à titre d’exemples, « qu’on peut multiplier à l’infini ». Ce modèle rappelle, dans l’esprit, le Coronapas danois.

Un sujet qui divise

Le Premier ministre grec a récemment émis l’idée d’un passeport vaccinal « standardisé ». Mais le sujet divise, y compris au sein de l’Union européenne. Pour la France, le sujet reste prématuré. Pour l’instant, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, reste opposée au passeport vaccinal dans les musées.

« Parler de ‘passeport’ est confusant en ce sens que l’outil devient la politique publique… et tout le monde se crispe, estime à raison pour sa part Jean-François Rial. C’est d’autant plus une erreur que, selon l’évolution de la situation, les politiques publiques peuvent évoluer. »

Autre point sensible : la question des données personnelles. Pour le patron de Voyageurs du Monde, l’outil idoine digital doit « bien sûr » « préserver la propriété privée des données collectées. Ceux qui contrôlent les entrées doivent pouvoir lire ces données mais sans les stocker, comme on le fait avec une attestation papier de test PCR ».

Jean-François Rial sera ce jeudi soir « l’invité éco » de FranceInfo.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique