Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages d’affaires : le bleisure, une tendance pas si nouvelle ?

 » Une étude réalisée par Carlson Wagonlit Travel montre que 20% des voyageurs d’affaires associent du temps de loisirs à leurs déplacements professionnels. Un chiffre stable depuis 2009. »

Etendre un déplacement professionnel de quelques jours pour visiter la destination à titre privé : les voyageurs d’affaires sont nombreux à le faire. 20% même, selon une étude réalisée par la TMC Carlson Wagonlit Travel, ce qui représente 7% de tous les voyages d’affaires.

Un ou deux voyage "bleisure "chaque année

Surprise toutefois, ce chiffre est resté stable depuis les cinq dernières années, alors que le concept de "bleisure" (business + leisure) n’a, lui, cessé de monter en puissance.

"Nous observons que les voyageurs 'bleisure' ont tendance à effectuer un ou deux voyages 'bleisure' chaque année, quel que soit leur segment démographique ou leur fréquence de voyage", note Catalin Ciobanu, de CWT Solutions Group.

Parmi les plus adeptes du "bleisure", les femmes (8,5%), les jeunes voyageurs (15%) qui, parce qu’ils voyagent moins souvent, ont plus tendance à saisir l’occasion de prolonger leur séjour.

A l’inverse, les voyageurs fréquents profitent peu de cette possibilité. Plus le vol est long, plus les voyageurs seront également tentés de rentabiliser leur temps de déplacement en restant un peu plus sur place pour leurs loisirs.

Le loisir plutôt à la fin du voyage

Dans près de la moitié des cas (46%), ces jours de loisirs sont pris à la fin du voyage. Mais certains choisissent d’en profiter au début (34%) et aux deux extrêmités du voyage pour 20% des voyageurs d’affaires, souligne l’étude.

"Ces résultats sont intéressants en eux-mêmes, car ils nous aident à comprendre le mécanisme 'bleisure', poursuit Catalin Ciobanu. Plus important encore, l'industrie du voyage a besoin de s’adapter à ces comportements. Pour les gestionnaires de voyages d'affaires, l’enseignement principal est la nécessité de prendre en compte le phénomène 'bleisure' dans leur politique voyages, en particulier les programmes ayant un volume important de voyages long-courriers. Il y a également des enseignements à tirer pour les fournisseurs : connaître les voyageurs les plus susceptibles d’effectuer un déplacement 'bleisure' leur permettra de mieux anticiper et répondre à leurs besoins".

L’étude a été menée par CWT Solutions Group sur un total de 29 millions de voyages d’affaires, entre 2011 et 2015, la majorité des résultats étant basée sur un sous-ensemble de 7,3 millions de vols, effectués par 1,9 million de voyageur d’affaires en 2015. Pour être comptabilisé comme appartenant à la catégorie "bleisure", le voyage d’affaires doit inclure la nuit du samedi sur place.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique