Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyager solidaire et écologique

Être acteur de développement local, limiter au maximum son empreinte carbone, tels sont les credo du voyageur responsable, un oiseau encore trop rare mais qui fait son nid.

LA FRANCE EN SLOW TRAVEL

Avoir un comportement solidaire envers la planète, c’est aussi cultiver le slow travel pour limiter son empreinte écologique : on part moins loin, plus longtemps, en empruntant des transports écolos. On privilégie le train, le vélo, la marche à pied pour éviter de prendre l’avion pollueur. Et la France devient du coup LA destination… dans le coup, qu’on peut découvrir à tous petits pas mais aussi, pourquoi pas, à dos d’âne ou en roulotte. Les rencontres sont alors fortes et pétries de tradition, pourvu qu’on oublie sa montre. Et l’exotisme décalé de nos régions peut nous surprendre. Il y a ces yourtes qui poussent comme des champignons en pleine campagne. En Ardèche, c’est un campement africain avec guides mauritaniens, monté par Point-Afrique, qui fait voir du pays. Ouvert l’été, le Tamana propose khaïmas, cases songhaïs et paillotes, dont une accessible aux handicapés. Sans électricité, pour conserver l’esprit bivouac. Autre coin d’Afrique en France et belle alternative au Kenya : Planète Sauvage, en Loire-Atlantique, organise bivouac et safari, avec 2 000 animaux qui évoluent en liberté, entre jungle et savane. Dépaysement garanti !

Chez Point-Afrique, Voyages-sncf.com, Ça se visite, La France du Nord au Sud, Hommes et Montagnes, Roulottes de Campagne, Smartbox, Wonderbox, Yourte.com, Voyages en Écologie, Planète sauvage…

DESSINE-MOI UNE ÉCOLE

Dans les pays d’Afrique en mal de ressources, et notamment d’eau, de nombreuses initiatives de développement local se nourrissent de la générosité internationale. Au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, au Bénin, au Sénégal, les microprojets fleurissent. Les organisateurs de voyages français n’ont qu’à se baisser pour cueillir qui, un projet d’équipement solaire, qui la création d’une crèche, qui l’amélioration du chemin d’accès au village. Aux côtés de TO ou d’associations altruistes, le voyageur peut verser son obole, et rencontrer les villageois qui bénéficient des dons. Sachant que le français est souvent la langue officielle de ces pays de l’ancienne Afrique occidentale française.

Chez Croqu’Nature, Double Sens, Point-Afrique, Taddart, TDS…

LE MAGHREB AUTREMENT

Sortons des sentiers battus ! Au Maroc, mais aussi en Algérie, ONG et associations locales veillent à conjuguer développement durable et tourisme. Le voyageur apporte sa pierre, grâce à quelques euros inclus dans son forfait, à la construction d’une école, d’un dispensaire, voire à la création d’une activité artisanale. En échange, il a souvent l’opportunité de vivre au plus près des villageois, en dormant par exemple dans un gîte rural ou une chambre d’hôte. La rencontre des bénéficiaires des dons est souvent programmée dans ces circuits, à saveur équitable et solidaire.

Chez Hommes et Montagnes, Mission Aventures, Point-Afrique, Taddart, Vision du Monde…

DONS LOINTAINS

En Amérique latine aussi, les communautés indiennes s’organisent, petit à petit. Les dons des voyageurs qui partent à leur rencontre peuvent financer des projets de formation, d’amélioration des conditions de vie, et de préservation de l’environnement. En Asie, ils touchent aussi souvent la santé, voire la lutte contre la prostitution et le travail forcé. Autant de nobles causes auxquelles le voyageur citoyen devient de plus en plus sensible.

Chez Ecotours, TDS, Voyageurs du Monde, Ushuaïa Voyages…

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique