Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers la fin des aides pour les aéroports européens ?

La Commission européenne a présenté des mesures visant à encadrer les aides d'État aux investissements dans les infrastructures aéroportuaires.

La Commission européenne a présenté le 3 juillet dernier un projet de règlement visant à encadrer les aides gouvernementales aux aéroports.

Le commissaire européen à la concurrence Joaquin Almunia a expliqué que la "surcapacité dans les aéroports permet aux transporteurs de chercher un peu partout des subventions sur le dos des contribuables". Bruxelles souhaite n’autoriser les aides que "s'il existe un réel besoin en matière de transport et si l'aide publique est nécessaire pour garantir l'accessibilité d'une région."

Parmi les différentes mesures figure notamment la disparition des aides de fonctionnement. Celles-ci devront être limitées aux aéroports régionaux de moins de 3 millions de passagers et disparaitront totalement dans 10 ans.

Plafonnement des investissements

La commission a également prévu un plafonnement des investissements dans les infrastructures qui devront être justifiées par un besoin réel. L’aide sera limitée à 75% de l’investissement nécessaire pour les plateformes de moins d’un million de passagers par an, contre 25% pour les aéroports de 3 à 5 millions de passagers. Elle sera interdite pour les aéroports de plus de 5 millions de passagers.

Enfin, le projet prévoit que "les aides au démarrage octroyées aux compagnies aériennes pour lancer une nouvelle liaison aérienne sont autorisées pour autant qu'elles restent limitées dans le temps". Plus d'une trentaine d'éaroports, dont La Rochelle, Pau, Angoulême, Rodez, Carcassonne, Nîmes et Beauvais font actuellement l'objet d’une enquête de la Commission européenne sur les aides accordées par des compagnies, notamment Ryanair.

Fermeture de 200 aéroports

L’Association des Compagnies aériennes Européennes (AEA), s’est félicité de ces annonces, rappelant que les aides constituent "une distorsion de la concurrence". En revanche, ACI Europe et l’ERA (European Regional Airlines Association) ont rappelé, il y a quelques jours, que ces règles pourraient entrainer la fermeture de 200 aéroports.

Bastamag rappelle que plusieurs aéroports français sont sous utilisés, et maintenus par des subventions de l’Etat ou des compagnies low cost.

"Le pullulement des petits aérodromes à l’époque où l’aviation n’était encore – majoritairement – qu’un loisir s’est traduit par un grand nombre d’aéroports régionaux. Ces aéroports, souvent en surnombre par rapport à la densité de population des régions qu’ils desservent, sont aujourd’hui passés tout ou partiellement sous le contrôle des pouvoirs publics locaux. Toutefois, un aéroport n’a pas de raison d’être autre que d’accueillir des avions et, par extension, des passagers", explique Roman Bernier dans le Cercle des Echos.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique